C'est entendu.

dimanche 26 juin 2011

Vidéodimanche #36



par Joe Gonzalez
art par Jarvis Glasses






La vidéo de la semaine sera aussi le seul clip proposé ce dimanche. Il regroupe et enchaine deux morceaux du nouvel album de YACHT ("Shangri-la", déjà en écoute intégrale gratuite chez NPR), paru chez DFA, le label de LCD Soundsystem. Le précédent disque du duo nous avait déjà attiré par certains de ses aspects et notamment le single Psychic City, et cette nouvelle mouture promet d'être du même acabit : hymnes pop synthétiques étranges d'un côté (Utopia, la première moitié du clip) et hymnes pop synthétiques un peu vulgaires mais pourquoi pas de l'autre (Dystopia (The Earth is on fire), la seconde moitié de la vidéo). Régalez-vous de toutes ces images de synthèse décadentes !







Le 1er Juillet, l'émission Live from the Basement diffusera un concert de Radiohead jouant intégralement son dernier album PLUS une inédite. Staircase. Que voici. Qui n'est pas mal du tout, surtout grâce à la basse magnifique de Colin Greenwood, qui lui donne tout son groove calme et qui donne envie de l'écouter en bord de mer. Pourquoi ne pas l'avoir mise sur l'album ?





Le premier album des Reatards a été réédité et avec lui on a pensé bon d'ajouter la cassette "Fuck Elvis, here's the Reatards" sur lequel figurait Chuck Taylors All star blues, que voici filmé alors que Jay Reatard n'avait que quinze ans, la qualité de l'image ne faisait que corroborer la crasse du morceau, qui est super.







Le prochain grand projet de Damon Albarn n'est (ouf !) pas un autre album de Gorillaz mais plutôt un opéra rock intitulé "Dr Dee : An English Opera", qui sera consacré au conseiller médical de la Reine Elizabeth I. En voici un premier extrait : Apple carts, plutôt réussi, en retenue et mettant en avant la belle voix mélancolique de Damon. La curiosité désormais attisée, on attendra peut-être cet opéra avec bienveillance. Trivia : la chanson était sensée au départ figurer au répertoire de Gorillaz.







Ça y est Wavves a fait son Concert à Emporter. Deux choses. La première, la Blogothèque écrit "on peut appeler ça un film punk" et c'est triste. Ces mecs-là sont des branleurs, pas des punks. La seconde : qu'est-ce que Jay Reatard me manque...









Thurston Moore prouve sur scène que sa transition acoustique tient encore la route et n'ennuie pas instantanément. Regardez Circulation et Blood never lies, chez Jimmy Fallon.

3 commentaires:

  1. il est vraiment tout au fond du trou albarn!!

    RépondreSupprimer
  2. C'est le fossoyeur de la pop.

    RépondreSupprimer
  3. Jay nous manque tellement !

    RépondreSupprimer