C'est entendu.

vendredi 14 mai 2010

[Comptez Pas Sur Moi] The National - High Violet

Oh, la belle ironie du sort ce soir-là au Zénith. Pavement fraichement reformés, pour une tournée juke-box en forme de machine à remonter le temps. "Welcome back to 1992 !" Stephen Malkmus s'en fout et semble faire des gestes d'auto-approbation quand il chante "I've got to get the fuck out of this town." Le son est pourri mais c'est tout de même un moment de puissance branleuse qui faisait revivre, le temps d'un soir, toute la nonchalance cool de ce qu'était le rock alternatif des 90's, celui d'après le grunge, celui de la génération X, celui qui ne savait pas quoi foutre de sa vie. Mais en première partie, ô incongruité douloureuse, on avait eu l'idée de faire jouer The National, les petits chouchous actuels de ce même genre fourre-tout qu'est l'indie rock (qui a pris une tout autre gueule en une décennie). Huit personnes sur scène, dont le fils caché de Francis Heaulme à la basse. Et puis ce chanteur maigre au milieu, qui boit du vin blanc et tape dans ses mains de manière compulsive pour marquer le rythme parce que la musique l'habite trop, partant même faire du crowd-surfing tout en chantant un couplet mélodramatique vers la fin du concert. Entre les deux prestations, un monde. Comme un jeu des 700 différences entre deux époques, auquel on ne peut pas s'empêcher de jouer. Et soudain, rien qu'au souvenir de ce concert soporifique où toutes les chansons semblaient être les mêmes, ce désespoir, cet appel au passéisme qu'on regrette de voir se former dans notre gorge sèche, ce cri primal qui ne parvient même pas à être thérapeutique : "Au secours, à l'aide, ils ont mis de la morphine et du miel dans le rock indé."

The National s'est formé en 1999, comme une évidence, au tournant musical du début de millénaire, et a par la suite jalonné les 00's d'une série d'albums de mieux en mieux vus, dont un "Boxer" en 2007 qui fût considéré par certains comme un véritable chef d'œuvre. Pour être honnête, je n'en sais rien, je ne l'ai jamais écouté. The National a toujours été une espèce de corps étranger dans mon milieu naturel, le genre de groupe que les critiques m'ont appris, presque forcé, à connaître mais sans jamais parvenir à éveiller en moi un soupçon d'intérêt qui aurait justifié de faire quelque effort pour aller vers lui. Un peu comme un grand classique de la littérature dont on parle dans les manuels mais qu'on ne lira sans doute jamais, The National étaient "ces types qu'il faudrait que j'écoute quand même parce que tout le monde parle d'eux et en dit du bien, oui, un jour, je le ferai, promis, mais pas tout de suite alors," comme si je savais déjà que derrière, il n'y avait qu'un groupe quelconque qui me laisserait de marbre. The National pouvait ne pas exister, ça n'aurait rien changé, et ce n'était pas grave, ils auraient alors pu se voir gentiment rangés à côté de gens comme Broken Social Scene, là où ils auraient produit un bruit de fond, un arrière-plan, un détail insignifiant du monde, au même titre que la couleur des cheveux du conducteur de bus que je salue vaguement le matin, ou une affiche accrochée dans un couloir et que je ne lis même pas.

Puis un jour, tout change, et me voilà devant eux, ne sachant même pas à quoi m'attendre, ils sont là sur scène acclamés par leurs fans un chouilla trop enthousiastes, et ils jouent, ils jouent cette musique qu'ils doivent aimer jouer qui est comme un grand vide, un grand moment de creux qui passe lentement, sans vie, flasque, et qui m'évoque alors une heure entière passée à regarder cette mèche blonde du conducteur ou à lire encore et encore cette affiche qui ne me concerne pas. Rien n'arrive. Ces types gigotent et mes yeux sont dans le vague. C'est comme si le temps avait jeté l'éponge.


(Le clip de Bloodbuzz Ohio. Le chanteur, seul, dans des postures romantiques, qui chante et s'emmerde un peu. Un résumé.)

Avec leur nouvel album, c'est pareil. "High Violet" est en cela très fidèle aux prestations du groupe. Son "void-rock" désespérément sérieux y est rendu avec la même passion molle, ce lyrisme en sourdine très particulier qui crée des maelströms dans un verre d'eau. Rien ne semble vraiment vivant chez The National, tout est taillé dans la demi-mesure, trop poli. Ce ne sont pas les codas grandiloquentes et pleurnichardes qui manquent pourtant mais on pourrait presque reprocher à ce groupe de ne pas en faire assez, de rester incroyable gentil, de chanter des peines de l'âme qui ne sont finalement pas si graves que ça avec toujours la même voix morne là où il aurait fallu de la fougue, de l'intensité. Ici, rien de tout cela. Le lacrymal sec. Le désespoir pragmatique. En cela, ils sont un peu les Coldplay de l'indie-rock, évoquant eux aussi par des petites notes de piano et des guitares distantes une mélancolie inutile qui ne partage rien. En poussant la généalogie un peu plus loin, on pourrait même les voir comme des sous-U2 de notre époque, brandissant par moments cette même "rage de vivre" plan-plan qui ne semble s'exprimer que par des répétitions ad nauseam de phrases en chœur, comme à la fin d'Afraid of Everyone ou du très 2005 England. Mais tout cela est transposé à notre époque, celle qui a vu passer le post-rock et les années 00's, ce qui explique pourquoi on a aussi le droit à des violons et autres cuivres sirupeux qui représentent avec pas mal de pertinence ce qui doit être le niveau zéro de l'idée d'arrangement. Et puis surtout, cette manière de battre le rythme très particulière, avec beaucoup de coupures, en divisant les temps, accentuée par un jeu lourd sur les toms et des petits breaks crispants (sur Bloodbuzz Ohio, ou Sorrow, avec ses paroles risibles, sa gravité de pacotille, la bassesse de ses effets), comme pour essayer d'éviter à tout prix une bien bête rythmique binaire pourtant inhérente à ces morceaux mal foutus, une rythmique binaire qui, quand elle apparait enfin, fait sonner le groupe comme un rejeton bâtard de Depeche Mode avec les yeux cernés (Conversation 16, avec l'hilarante phrase "I was afraid, I'd eat your brain, cuz I'm evil" du refrain qui semble sortie de la psyché branlante d'un lycéen fan de Thom Yorke). Et s'il s'agit de ralentir le rythme le temps d'une ballade, le niveau de monotonie maussade atteint est alors incroyable, "High Violet" s'échouant d'ailleurs sur un dernier souffle de non-intérêt avec Vanderlyte Crybaby Geeks aux battement ternaires appuyés au marteau-pilon, évoquant davantage une ballade de Springsteen qu'autre chose.

(England)

The National est un paradoxe, quelque chose d'inexplicable. C'est un mauvais groupe qui cache sa médiocrité sous un accoutrement de professionnel. Des gens qui font tellement bien leur soupe qu'on aurait presque l'impression qu'ils sont doués. Ils viennent nous caresser là où ça fait de l'effet, du côté de cette sentimentalité mièvre qui nous habite parfois bien malgré nous, et ils savent que les poncifs qui leur servent de simili-talent fonctionnent, les protègent, l'immense fadeur de l'ensemble annihilant toute velléité de rejet d'une musique aussi quelconque. Viennent alors ces bribes prêtes-à-déprimer de sons qui ne veulent rien dire, l'ennui infini des guitares de stade vibrant sans âme, la réverbération qui fait s'allumer les briquets, la confortable sécurité de cette voix grave qui susurre des petits mots émouvants. Et après les lumières, la scène, le concert, la parole devient lente et je ne me souviens de rien.


Emilien Villeroy

124 commentaires:

  1. Vous cédez à la pression populaire !

    Je vous soupçonne néanmoins de ne pas avoir écouté beaucoup (et en entier) High Violet, sinon vous auriez relevé et brandi avec délectation le sirupeux Runaway comme étendard de la nullité de The National.

    Pour ma part, intrigué par la (vraie) hype autour de cet album (j'avais jamais rien écouté de ce groupe), j'ai laissé sa chance à High Violet, malgré des premières écoutes qui ne m'avaient rien laissé - cette même sensation d'entendre toujours la même chanson. Comme pour Funeral en son temps. Au final, c'est pas Funeral hein, mais ça reste un bon album, à placer avec Owen et Joanna sur son étagère "2010".

    Mais c'est marrant, j'ai pensé à U2 aussi (que je déteste en long en large et en diagonale et même le bloody dimanche) dans les plus mauvais moments de cet album : une sorte de sentiment bizarre qu'ils en font parfois un peu beaucoup sans jamais y croire.

    Et je trouve l'opener "Terrible Love" excellent, une chanson laid back avec pourtant un rythme implacable, c'est là qu'ils sont les meilleurs je trouve, à arriver à jouer des trucs épiques avec retenue.

    Voilà, c'est là tout le sel de The National : parvenir à jouer des morceaux épiques avec une incroyable retenue.

    RépondreSupprimer
  2. Superbe critique ! :D
    Ça fait du bien de lire ça à propos de ce groupe infiniment merdique...

    RépondreSupprimer
  3. En tout cas, Joseph, faut vraiment être courageux et passionné par ce genre de zik pour parvenir à donner sa chance plusieurs fois à ce groupe, à cet album ; alors je tiens vraiment à te saluer. Moi-même, j'étais dans le même cas que toi, très décidé et motivé à vouloir comprendre ce qui se cachait derrière ce disque. Au début je l'ai trouvé très moyen. Et en fait je n'aurai pas dû le réécouter. Car ensuite j'ai pris en pleine poire sa profonde nullité, pour toutes ces raisons qu'évoquent la critique de C'est Entendu. A vrai dire, c'est aussi ce qui s'était passé pour leurs deux albums précédents "Boxer" et "Alligator", où j'avais tout de même fini par trouver des chansons comme Secret Meeting ou Fake Empire plutôt pas mal (ils sont sympas, ils les mettent en premier à chaque fois). J'espérais que je trouverai au moins ça dans "High Violet" et non ; puis j'en viens à maudire les deux chansons précédemment cités, à retrouver chez elles les mêmes choses dégoûtantes qu'il y a dans toutes les autres.
    Enfin bref.
    Je range donc ce groupe parmi les grands mystères de la vie dans mon petit crâne malade, aux côtés de la disparition de dinosaures et du suicide de mon père.

    RépondreSupprimer
  4. Joseph : oh, si, je l'ai écouté, en entier, et beaucoup trop, et j'ai effectivement hésité à citer Runaway qui est profondément affreuse. mais au final, c'est le ternaire lourdingue du dernier morceau qui me rebutait le plus au moment de l'écriture de la chronique.

    et ce que tu dis sur "parvenir à jouer des morceaux épiques avec une incroyable retenue" est peut être vrai, mais alors je n'ai senti que l"incroyable retenue, qui était vraiment incroyable, ah ça, oui, il faut oser être si apoplectique.


    treik : tu es une machine.

    RépondreSupprimer
  5. Par contre, vous croyez que si Pavement tourne avec eux, c'est parce que Malkmus est fan de The National (ou en tout cas qu'il kiffe leur zik) ? Parce que voyez-vous, ça me décevrait un peu, car jusque là Malkmus m'avait plutôt amené à écouter des choses un brin plus cools, comme Blitzen Trapper ou même Built to Spill, pour remonter à plus loin... :(
    J'espère que des raisons marketing et commerciales se cachent plutôt derrière tout ça.

    RépondreSupprimer
  6. Non, je crois que Malkmus et tout le groupe Pavement s'en foutent. Y'a juste Spiral Stairs qui a remercié The National vers la fin du concert, par pure politesse. Et surtout, c'était que pour cette seule date à Paris, histoire d'avoir une première partie qui remplirait un peu plus la salle dans une salle qui correspondait parfaitement au répertoire de The National. Pas d'inquiétudes.

    RépondreSupprimer
  7. Ouf, me voilà rassuré ! :D

    RépondreSupprimer
  8. Comme qui dirait, un chat est un chat. Si c'est épique, il faut que ça s'entende, sinon ça ne l'est pas.
    The national fait bel et bien penser à du U2 mi-figue mi-raisin, une sorte d'écume culturelle à vocation indie reposant sur ce faux-semblant que la retenue est un indice de crédibilité.
    Bono ne sait pas être discret mais c'est une faiblesse dont il tire une autre force, paradoxale et vulgaire, mais efficace quand même.

    La chronique est bien sentie, sauf sur un point: les classiques de la littérature, même ceux qui ennuient, ne sont pas comparables à the national qui n'est pas un groupe culte.

    RépondreSupprimer
  9. question conne peut-être : vous avez 1. ok. Mais que lui vaut ce 1 ? 1 point pour quoi ? car à en lire la critique, on pourrait espérer un 0 ! ^^

    RépondreSupprimer
  10. TANK : Condoléances !

    Reena : 1 = y'a pire :D

    RépondreSupprimer
  11. Non non, c'est une très bonne question. Pour moi, ce "1" est en fait plus terrible qu'un zéro (forcément un peu trop brutal), et représente ce qui doit être la pire chose avec The National : ils ne sont jamais mauvais à un point qui justifierait un rejet net, brutal, violent, appelant le zéro, non, ils sont toujours gentils et écoutables. C'est ça en fait : High Violet s'écoute, en musique d'ambiance, et ne provoque dans l'absolu, aucun sentiment. Ce 1 est là par défaut, ce n'est pas que quelque chose dans ce triste album vaut ce point, non, c'est juste que rien ne mérite non plus un zéro. Ce n'est pas le pire album de tout les temps, ni peut être même le pire de l'année (je préfère réserver ça à l'outrace de Fang Island ou le vide abyssal d'Arnaud Fleurant-Didier). C'est seulement fade à en crever.

    RépondreSupprimer
  12. C'est vrai que chez les National ça suce mais moi je trouve que ça suce bien (cf ma chronique sur tatapooum.net).

    RépondreSupprimer
  13. Ce qui pue la même odeur de merde s'assemble :
    http://www.youtube.com/watch?v=u5C2WVCruPM

    RépondreSupprimer
  14. TANK > Hihihi prout Sufjan Stevens cacaaaaa !! C'est beau Internet quand même quand on aime dire des gros mots à tort et à travers dans l'anonymat le plus complet.

    Emilien > Je ne peux pas vous en vouloir car http://www.youtube.com/watch?v=9Qe3hxp2rJA

    RépondreSupprimer
  15. Et encore, là ce ne sont que des gros mots. J'ai un site où je fais des menaces de mort et tout.
    :D

    RépondreSupprimer
  16. Joseph> Ahah, tout à fait raison !

    Franchement, je ne vois pas comment on pourrait qualifier ces morceaux (oui, je n'ai écouté que les extraits proposés ici, pas fou non plus) d'"épiques". Je veux dire, pour que quelque chose sonne épique, il faut bien qu'il y ait un minimum de danger à un moment non ?

    RépondreSupprimer
  17. Joseph > Je trouve que Sjufan Stevens est une grosse grosse grosse enflure. C'est une beau salop doublé d'un estron caffi de staphylocoques mortels: t'y touches, t'es mort. J'y nique sa mère. Ceci dit je le baiserais bien lui-même parce qu'il est mignon, et j'ai cette "tare" d'être attiré par les pédés et les enfants. Du coup je lui foutrais bien la race avec mon pied posé à plat sur sa nuque rasée de près. Si Sofian Stevens a par malheur prévu de faire un concert à Mulhouse, j'irai lui arracher la gueule d'un coup de griffe, et il ne pourra plus jamais jouer de gratte, ni de banjo, ni de violon, je lui broierai ses dix crayons dans le vieil étau de mon père mort qui avait l'habitude de, comme il disait: "me ramollir les épaules" à l'intérieur de cet enfer de métal quand j'avais la mauvaise idée de ramener zapper une devoir maison. Les monstres enfantent des monstres. Mon grand-père maternel était déjà un collabo nazi.

    Je m'appelle Rémusat, je suis étudiant au CNOUS de Mulhouse, échelon 5 au mérite et surtout sur critères sociaux (je suis orphelin et j'ai des pensions alimentaires à verser). Je viens de vertement insulter ce gros mafieux Berbère qu'est Sufian Stevens, ce fils de pute qu'on devrait mettre en cage, en des termes racistes, injurieux, menaçants et en-dessous de tout, je suis pas du tout anonyme et j'en ai rien à foutre. J'espère même que S.(ufjan) S.(tevens) ajoutera à sa collec d'albums sur chaque Etat des Etats-Unis un petit E.P foiré sur la ville de Mulhouse, un album posthume.

    Si je le croise il est mort, tout simplement. Ses fans, parmi lesquels tu feras figure de prou, auront du mal à le mettre en terre dans une boîte rectangulaire contenant sa dépouille pestilentielle et profanée: il sera réduit à l'état liquide par mes petits doigts musclés.

    J'aimerais poser mes mains sur sa gorge longue, celle qui fait naître dans sa bouche d'ange une voix qui semble tombée du ciel, et ne les retirer qu'en y laissant des empreintes indélébiles et à jamais réunies de l'autre côté de son cou de girafe. J'aimerais le "turn inside out" (je le dis en anglais parce que je cherche depuis des années un équivalent Français à cette expression géniale des anglo-saxons, j'ai bien pensé à "J'aimerais le retourner comme un gant" mais ça n'est pas assez violent comme image).

    J'aimerais le mettre sens dessus dessous. J'aimerais l'écorcher, lui "retirer le pyjama" comme on dit pour les lapins qu'on épluche avant de les cramer.

    RépondreSupprimer
  18. Balèze Cendar14 mai 2010 à 23:25

    C'est très difficile de parler d'artistes tels que Sufjan Stevens. Je n'en parlerais certainement comme l'a fait l'individu élégamment surnommé "Klaus Barbi". Mais on peut se demander comment parler de ce chanteur. Moi par exemple, je l'aime bien, voire beaucoup, et je vais m'essayer à en parler à ma façon, peut-être originale mais très sincère:

    Et mille et mille frères ont porté Karl Marx
    Et mille et mille frères ont porté Lénine
    Et Sjufan pour nous est présent pour demain
    Et Stevens dissipe aujourd’hui le malheur
    La confiance est le fruit de son cerveau d’amour
    La grappe raisonnable tant elle est parfaite

    Grâce à lui nous vivons sans connaître d’automne
    L’horizon de Sufjan Stevens est toujours renaissant
    Nous vivons sans douter et même au fond de l’ombre
    Nous produisons la vie et réglons l’avenir
    Il n’y a pas pour nous de jour sans lendemain
    D’aurore sans midi de fraîcheur sans chaleur

    Stevens dans le cœur des hommes est un homme
    Sous sa forme mortelle avec des cheveux gris
    Brûlant d’un feu sanguin dans la vigne des hommes
    Sufjan récompense les meilleurs des hommes
    Et rend à leurs travaux la vertu du plaisir
    Car travailler pour vivre est agir sur la vie

    Car la vie et les hommes ont élu Sufjan Stevens
    Pour figurer sur terre leur espoir sans bornes.



    On peut m'accuser de plagiat, mais que faire si c'est exactement mot pour mot ce que je pense de Sufjan Stevens ? Eh pourtant, j'ai beau l'adorer, et trouver que ce texte ne dit que la vérité, je dois avouer qu'on ne peut pas écrire ça de Sufjan Stevens. Ce qu'a écrit "Klaus Barbi", c'est pas possible. Mais ce que j'ai écrit ça l'est encore moins, dans un sens. C'est trop. Pour moi c'est si peu.

    RépondreSupprimer
  19. très belle analyse que je partage, pour moi The National fait partie des groupes les plus surestimés de ces dernières années.

    RépondreSupprimer
  20. J'aurai préféré que vous n'en parliez pas, ça allait, avec votre ligne éditoriale. Ce groupe ne mérite même pas 1, même pas 0, même pas 2. Il est non notable, et donc, non critiquable. Les laisser dans l'anonymat, faire leur buzz dans leur coin, c'est tout ce qui devait se passer. Le procès devrait pas leur être fait, mais bien à ceux qui ont alimentés le moulin de leur succès !

    RépondreSupprimer
  21. Un problème d'audition peut être?
    Blog puant de snobisme

    RépondreSupprimer
  22. CHAUD quand quelqu'un n'a pas le même avis de dire "mais t'es pas malentendant en fait ? t'es allé voir un ORL récemment ? Et un opthalmo ? t'as pas un problème dans le cervelet ? Tu veux pas que je t'envoie en hosto "à la demande d'un tiers" ?

    RépondreSupprimer
  23. s'il y'a bien un groupe irréprochable c'est celui-là (je ne suis pas un adorateur je précise). ne pas accrocher je peux comprendre, écrire les propos que tu tiens c'est limite diffamatoire et d'un snobisme insupportable (quand on sait que les gars mettent des mois avant de boucler l'écriture d'un morceau, qu'ils sont hyper sérieux et rigoureux dans leur approche). Y connais-tu quelque chose en musique (c'(est une simple question)? On peut aussi penser que Joy Divison c'est moins bien que Johnny Hallyday mais bon quid de la crédibilité d'une personne qui tiendrait ce propos? Boxer est excellent, High violet est très bon. Evidemment à la base mieux vaut aimer la pop.

    RépondreSupprimer
  24. Oulà Volfoni, détends-toi, il n'y a rien de diffamatoire qui ne soit pas à vocation humoristique dans ce papier ; et bien sur qu'Emilien est snob, snob comme pouvaient l'être Vian ou Desproges, et moi ce snobisme-là j'en veux.

    Après, sur le thème "vous pouvez pas dire du mal parce que The National ils ont bossé dur sur cet album"... dans ce cas personne parle plus de rien, même les 2Be3 ils ont du galérer pour apprendre toutes les chorés à l'époque. Même Johnny il lutte pour tenir debout sur scène et pour y voir avec ses putain de lunettes.

    (Et je rappelle que j'aime bien High Violet, mais pas Johnny, histoire de rester crédible)

    RépondreSupprimer
  25. Ahah. Wow. Bon. Déjà, je pense que tu es un peu un "adorateur" mon cher volfoni. Je sais pas si c'est le fond d'écran de ton blog ou tes propos tenus ici qui le montrent le plus. Mais ce n'est pas un mal hein. Tu n'es vraiment pas tout seul dans ce cas, mon point de vue ici, malgré les commentaires, va plutôt à contre-courant.

    Ensuite, il me semble que tu mélanges un peu tout dans ton commentaire.

    "écrire les propos que tu tiens c'est limite diffamatoire et d'un snobisme insupportable" : déjà, le "diffamatoire", il est drôle. Ensuite, je ne vois pas vraiment à quel moment j'ai été vraiment snob. Si j'avais voulu être snob, j'aurais pu écrire "The National est un groupe qui s'adresse à des gens un peu niais, prêts à être émus par des petits riens téléphonés - un peu comme si vous pleuriez à la fin d'Armageddon", ce qui n'est même pas ce que je pense. Et il ne faut pas croire que le fait de dire du mal d'un groupe plus ou moins populaire est le simple fait du snobisme, ou d'une quelconque vision élitiste et fermé de la musique. Je veux dire, on aime ici le dernier album de LCD Soundsystem (qui est d'ailleurs la preuve que nous aimons la pop, et dieu sait si LCD Soundsystem est plus pop que The National non?), un truc qui a fait les coming next du grand journal de Canal+, le snobisme il en prendrait un coup.

    "(quand on sait que les gars mettent des mois avant de boucler l'écriture d'un morceau, qu'ils sont hyper sérieux et rigoureux dans leur approche)." : je ne vois pas du tout en quoi cela justifierait que l'on aime les morceaux de the national. ce n'est pas parce que quelqu'un met du temps à faire quelque chose qu'il le fait bien, ou que la masse de ses efforts entraine forcément une certaine indulgence. pour être honnête, je me fous totalement que le groupe ai passé 2 heures ou 2 ans sur son album, ce n'est pas du tout mon problème, je suis un auditeur, je n'entend que le résultat final, je n'ai pas à faire des tapes dans le dos en disant "vous avez fait des efforts les gars, et ça, ça compte!". si je trouve ça mauvais, les types peuvent avoir fait une hypothèque pour se payer un orchestre, ça ne changera en rien mon avis sur eux musicalement. (humainement, ça me plairait bien par contre, mais bon, quel est le rapport?)

    non, et puis surtout, je reste bloqué sur ton "Y connais-tu quelque chose en musique (c'est une simple question)?". Mais qu'est ce que ça veux dire mon petit père? Tu veux savoir si je suis en musicologie? Si j'ai écouté les albums conseillés dans les listes genre "100 albums 60's indispensable"? Si j'ai fais du solfège? (j'en ai fait en plus! 10 ans! ça me justifie en tant que critique ou pas?). Et finalement, avec cette dernière assertion sur Joy Division et Johnny Hallyday, n'est-ce pas un peu toi qui fait du snobisme en voulant décrédibiliser quelqu'un opposé à ton avis par sa non-connaissance de la musique ou sa crédibilité branlante? Hein, c'est pas toi qui me snobe un peu là :( ?

    RépondreSupprimer
  26. Excellente analyse qui reflète de bout en bout tout ce que je pense de ce groupe !
    Je ne vois absolument rien de diffamatoire ou de snobisme dans cet article...

    Pour les quelques chansons de The National que j'ai écoutées (j'admets ne pas avoir poussé l'analyse très loin), je trouve leur musique très fade, et ce quand bien même elle serait ultra travaillée. On peut très bien bosser des heures sur quelque chose qui sera médiocre au final. C'est grave de crier au snobisme dès qu'une personne n'a pas le même avis...

    RépondreSupprimer
  27. bouarf penses ce que tu veux (y compris de mon blog.. tu as juste tout faux, j'aime bcp leurs deux derniers albums mais c'est récent)
    quand tu parles de "soupe" (c'est un exemple) je trouve ça nul c'est tout.. insultant
    d'où mon commentaire agressif .. qui sème le vent... The national je sais pas moi sont quand même meilleurs qu'Interpol (oui je sais c'est un exemple mais pas le temps de développer...)
    Et oui je crois que des musiciens qui passent du temps à écrire leur musique sont autrement plus méritants que les premiers accords puceaux de Bloc Party et compagnie (pour cela il faut peut être avoir fait partie d'un groupe pour le comprendre.. ça n'est pas un jugement). Ma comparaison Joy / Johnny était une provoc. J'aime Johnny c'est un grand chanteur et interprète. Il se trouve qu'il n'a jamais rie
    n composé, jamais rien écrit...
    Maintenant s'il s'agit de provoquer pour provoquer ok pourquoi pas
    Bonne soirée

    @Joseph pas fan de Desproges désolé ...
    sinon je suis pas très détendu non.. c'est un problème ?

    RépondreSupprimer
  28. Règle numéro 1 :
    Il n'y a pas plus Pop que Emilien.

    RépondreSupprimer
  29. @ Natalia c'est aussi grave de parler de quelque chose qu'on a pas pris le temps d'écouter
    si pour toi "soupe" n'est pas diffamatoire alors... Bon après on peut aussi penser que Depeche mode c'est de la merde etc etc
    Moi je trouve que la meilleure c'est annie Cordy... moyenne dâge ici ?

    RépondreSupprimer
  30. Anonyme (volfoni ?), ton commentaire est un mindfuck.

    RépondreSupprimer
  31. Le wallpaper de son blog aussi est un mindfuck. Laquelle est la pochette originale ?.. Où ça commence et où ça s'arrête ?... :(

    RépondreSupprimer
  32. Cher Anonyme, j'ai pris le temps d'écouter, ne serait-ce que l'album Boxer, et deux ou trois titres sur High Violet. Maintenant, navrée de ne pas forcément avoir envie de me taper TOUTE la discographie du groupe pour en avoir un avis.

    Et si Emilien Villeroy s'était limité à dire The National = soupe, là effectivement, ça m'aurait dérangé dans le sens où un certain manque de sens critique se serait fait cruellement sentir. Mais au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, l'analyse est très poussée et détaillée. Donc ce serait bien de ne pas résumer un article entier à deux ou trois mots sous le simple prétexte qu'ils sonnent mal à ton oreille.

    RépondreSupprimer
  33. Volfoni, parle-nous plutôt de ce que tu aimes chez ce groupe, ça sera bien + intéressant! ^^

    RépondreSupprimer
  34. @natalia
    analyse détailéle certes mais y'a pas un argument qui tient la route
    tu te verrais toi reprendre l'analyse point par point? Pas que ça à faire .. c'est tellement facile de critiquer... surtout pr se distinguer..
    soupe = musique commerciale non? je ne vois aucun morceau de nature "commerciale" dans la disco de The national. Pour ton info également, 'ai été le premier à ne pas acccrocher à ce groupe .. peut être qu'il faut du temps
    c'est juste pr ne pas me taxer de complaisance etc

    bref...

    RépondreSupprimer
  35. volfoni (qui était aussi anonyme oui mais bon hein.. flemme)15 mai 2010 à 21:09

    "les petits chouchous actuels de ce même genre fourre-tout qu'est l'indie rock" => ah bon... première nouvelle je croyais que c'était Beirut ou Arcade Fire bref
    "Huit personnes sur scène, dont le fils caché de Francis Heaulme à la basse. Et puis ce chanteur maigre au milieu" => ça c'est de l'argument... ses chaussures ne te plaisaient pas non plus?
    Boxer" en 2007 qui fût considéré par certains comme un véritable chef d'œuvre. Pour être honnête, je n'en sais rien, je ne l'ai jamais écouté => tu fais bien ton boulot... alala
    "Un peu comme un grand classique de la littérature dont on parle dans les manuels mais qu'on ne lira sans doute jamais" les profs sont tous des cons c'est bien connu...
    bref j'arrête là... la mauvaise foi et la provoc ne m'intéressent guère

    RépondreSupprimer
  36. Je suis allé sur ton site Volfoni, et moi j'aimerais que tu nous parles de Saez. Ca ça pourrait être rigolo.

    RépondreSupprimer
  37. @joseph
    ah désolé je le supporte pas mais comme je suis pas totalement fermé j'ai mis ce clip car je trouve qu'elle passe. j'ai conscience que ça ne va pas très loin hein... si ça peut te rassurer (quel ton merdeux une nouvelle fois ici)
    Sinon Joseph te sens surtout pas obligé d'aller sur ma page

    RépondreSupprimer
  38. Règle numéro 2 :
    Il n'y a pas plus Pop que Emilien.

    RépondreSupprimer
  39. Volfoni : tu n'es pas détendu, tu n'as pas le temps (et pourtant tu passes pas mal de temps à critiquer cet article), tu as la flemme (et du coup ton propos est assez incompréhensible, quand des idées ne sont données qu'à moitié), et tu n'aimes pas qu'on critique injustement et sans raison mais tu lances des tonnes de bêtises ("les profs sont tous des cons" est la plus énorme).

    Sérieusement, c'est fatigant. Comme le dit reena, pourquoi ne commentes-tu pas un article avec lequel tu n'es pas d'accord en donnant ton point de vue ? (ne me dis pas "flemme", tu as bien pris le temps de publier une demi douzaine de commz) Ca serait bien plus intéressant, tu pourrais même convaincre, si ce n'est Emilien, au moins certains lecteurs de donner une chance de plus à ce groupe. Au lieu de ça, tu ne fais que rendre ce groupe et ses auditeurs que plus critiquables. C'est dommage non ?

    Je précise aussi Beirut est Arcade Fire n'ont rien sorti depuis au moins trois ans, alors en faire les chouchous de l'indie rock du moment, c'est difficile. Et j'ajoute que de la "soupe" ça n'est pas de la musique commerciale, c'est l'équivalent argot de "muzak" : une musique que l'on entend mais que l'on n'écoute pas. Quelque chose qui "passe", qui entre par une oreille et sort par l'autre, qui n'est pas insupportable mais qui n'a rien d'intéressant non plus. Juste pour qu'on se comprenne un minimum.

    RépondreSupprimer
  40. wow. c'est presque une critique de la "critique" en général là! grand débat!

    "Et oui je crois que des musiciens qui passent du temps à écrire leur musique sont autrement plus méritants que les premiers accords puceaux de Bloc Party et compagnie (pour cela il faut peut être avoir fait partie d'un groupe pour le comprendre.. ça n'est pas un jugement)."

    Plusieurs points.
    1/ Il me semble que ces accords "puceaux" dont tu parles - si j'ai bien compris l'usage très curieux de l'adjectif - sont tout de même ceux qui habitent encore totalement la musique rock actuelle. parce que si on veut être purement musical, la musique de the national, ça reste des chansons en 4/4, sur des tonalités majeures où les accords jouent sur les degrés attendus et pas très originaux.

    2/ Ta vision du "mérite" basée sur le travail d'un groupe est très critiquable. Qui a dit que Bloc Party n'a pas réfléchi pendant 3 ans et avec beaucoup de soin à la musique de son premier album, pour que chaque accord soit parfaitement efficace? Certes, j'en doute, mais cela montre, là encore, un certain mépris des autres groupes non?

    3/ Selon toi, on peut critiquer seulement si on fait/a fait de la musique? C'est parce qu'on a eu un groupe qu'on peut savoir juger vraiment d'un autre groupe? Es-tu de ces gens qui répondent aux critiques en disant "bah, vous seriez incapable de faire pareil, alors ne jugez pas"? Veux-tu que je t'envoies quelques uns de mes morceaux pour que ma chronique prenne du poids à tes yeux?


    "c'est aussi grave de parler de quelque chose qu'on a pas pris le temps d'écouter"

    Qu'est ce qui te dit que je n'ai pas écouté assez l'album? Le fait que je n'ai pas le même avis que toi? Le fait que je ne l'aime pas? Est-ce que trois écoutes par jour pendant 1 mois auraient forcément abouti à un changement d'avis net qui m'aurait ramené dans le droit chemin? N'est ce pas encore une manière de me dire que je n'y connais rien, que j'écoute mal, que je suis à côté de la plaque? Tes affirmations posent plein de questions!


    "soupe = musique commerciale non?"

    non, pour moi, c'est plutôt une musique que je trouve sans vie, un peu fade, où les sentiments sont un peu tièdes. une musique un peu ennuyeuse donc par extension. ce n'est que ma vision ceci dit.

    "première nouvelle je croyais que c'était Beirut ou Arcade Fire bref"

    comme l'a dit joe, Beirut, c'était en 2007, et c'est un peu has-been depuis, et Arcade Fire, ils ont un statut d'intouchables un peu particuliers, mais ils sont plus vraiment à la mode en ce moment, car, oui, le mot important de ma phrase était "actuels", parce qu'il me semble que faire un zenith et bientôt un olympia, passer à la télé américaine et avoir que des critiques positives, c'est la preuve qu'on est plutôt "à la mode" dans le monde du rock dit "indé".

    RépondreSupprimer
  41. et concernant le fait que je n'ai pas écouté Boxer, tu dis "tu fais bien ton boulot... alala". En dehors de l'utilisation très comique du mot "boulot" dans un contexte pareil, il me semble que ce n'était pas juste une phrase en l'air pour faire snob, non, ça entrainait ensuite tout un paragraphe sur une sensation très précise qui m'habite quelques fois et que j'ai essayé de décrire. C'est d'ailleurs via cette métaphore - assez faible, je l'admet bien volontiers - des "grands classiques" que j'ai voulu la faire passer, cette métaphore n'était pas du tout une manière de dire "les classiques = merdes" ou "les profs/manuels = cons", ce serait bien mal me comprendre. Non, je voulais simplement décrire cette espèce de "procrastination culturelle" qui me touche parfois, et qui me fait dire "il faudrait que je lise/écoute un jour guerre et paix/the national, on me l'a conseillé en plus! mais j'ai un peu la flemme...". si ça peut te rassurer, sache que cette situation n'entraine aucun à-priori ensuite sur l'avis que je peux avoir, au contraire, parfois, il y a cette révélation grisante du "j'aurais du m'y prendre plus tôt!" qui annule tout.

    j'ajoute aussi que le fait de ne pas avoir écouté "Boxer" n'a pour moi aucune importance sur l'avis que je peux porter sur "High Violet". Ce sont deux albums différents. Dieu merci, comme l'a dit Natalia, on est pas obligé d'écouter toute la discographie d'un groupe pour avoir un avis dessus - surtout s'il faut déjà aussi avoir fait de la musique et pris conscience des efforts faits par le groupe écouté, ça devient super dur de critiquer après. d'ailleurs, mon avis de type néophyte à The National, n'est-il pas un avis plus neuf dans l'absolu? C'est positif non?



    En conclusion, il me semble que tes réactions sont un peu curieuses, avec des avis vraiment bizarres sur certains points, et un ton peut être un chouilla emporté. Et si tu dis, et c'est tout à ton honneur de penser cela, que mon article n'a "pas un argument qui tient la route", je ne saurais alors que dire sur la flopée de commentaires que tu viens de poster sur cette page.

    RépondreSupprimer
  42. ah, et, post scriptum

    ""Huit personnes sur scène, dont le fils caché de Francis Heaulme à la basse. Et puis ce chanteur maigre au milieu" => ça c'est de l'argument... ses chaussures ne te plaisaient pas non plus?"

    ça, donc, c'était juste une blague, désolé! si ça peut te rassurer, sache que cela n'a eu aucun poids au moment de me faire un avis sur l'album, et que ce n'est même pas un argument en défaveur du groupe. il me semble cependant un peu terrible d'avoir à le préciser.

    RépondreSupprimer
  43. Moi je rigole jamais sur ce blog. J'y viens seulement pour causer musique, je hais l'humour, surtout celui qui est ici. J'aime pas non plus les dessins, ni les critiques qui sont faites. Globalement vos catégories je les trouve à chier, et votre phrasé, de chacun d'entre vous, je le conchie. J'aime pas le design non plus, ni même le système de commentaire. Je vous hais du plus profond de moi.

    RépondreSupprimer
  44. C'est toujours un plaisir de lire tes mots d'amour, Vincent !

    RépondreSupprimer
  45. ahah volfoni, on lui fait des belles réponses à ses commentaires, et il poste un total de 12 caractères à propos d'un message de Vincent, notre troll préféré.


    on atteint donc le poids "volfoni" de la discussion. c'est un concept que je viens d'inventer. théorème : "plus un débat dure sur l'internet, plus la probabilité que l'un des intervenants arrête sa participation via un message laconique et hors-sujet est égale à 1".

    RépondreSupprimer
  46. @joe gonzales
    franchement je vois pas ce qu'il y'a de drôle dans cet article. c'est méchant, gratuit...

    RépondreSupprimer
  47. pas "le poids", le "point", lapsus intéressant.

    RépondreSupprimer
  48. Hum je n'ai pas utilisé ce mot, je crois. Je ne trouve pas non plus que l'article soit méchant. C'est un avis dépréciatif, certes mais il n'est pas méchant. Par contre il est gratos, ouais, en effet, t'as pas payé un centime de ta poche pour le lire, et ça c'est quand même pas du luxe pour un lecteur ;)

    RépondreSupprimer
  49. On aurait du me payer pour lire cette merde !!!
    Je hais votre blog sérieux, moi j'ai jamais pu saquer le sujet, mais le fait que je sois né sans oreilles (je suis un "freak") doit jouer. Je ne pige pas ce qu'est "la musique" je ne vois même pas de quoi vous parlez. Mais j'aime bien The National, parce que leur album se range bien dans iTunes. Mais j'ai aucune idée de ce dont à quoi ca peut-il servir, iTunes.

    RépondreSupprimer
  50. @emilien
    quand je lis ton commentaire concernant l'idée de "point" (godwin.. je suis pas complètement stupide tu vois) j'ia envie de te demander "excuses moi mais tu te crois vraiment drôle?"
    en plus sacrée originalité...

    @vincent je suis mort de rire.. très bon !!!

    RépondreSupprimer
  51. ah, ce sacré volfoni. je sais plus quoi te dire. je poste 3 pavés de réponses, et tu tiques que sur ça. t'es un genre de troll sérieux. c'est cool. j'espère que tu participeras souvent.

    RépondreSupprimer
  52. @emilien
    Pour ta gouverne saches que Beirut a sorti un double EP l'an dernier
    Dommage hein

    RépondreSupprimer
  53. et toi t'es pas un genre de plouc ?

    RépondreSupprimer
  54. ahah. génial! cette petite pique chronologique de derrière les fagots! ça me rappelle la fois ou j'avais écris un truc négatif sur le dernier of montreal, et que j'avais été repris par une fan parce que j'avais mal orthographié le nom du chanteur, en disant "si vous les aimez pas, ayez au moins du respect pour leurs patronymes!".

    merci pour ma gouverne mec. j'étais au courant d'ailleurs, c'était plutôt joe qui avait dit qu'ils n'avaient rien sorti depuis 3 ans, mais c'était une manière de parler. tu prends les choses très premier degré toi non? ce que nous voulions dire, c'est qu'en 2010, Beirut n'est plus à la mode. Ce double e.p. a d'ailleurs eu, dans mon souvenir, au début de l'année dernière, j'irais pas vérifier, tu peux le faire pour moi, des réactions mitigées, parce que, voilà, c'était la fin de la hype. mais bon, j'imagine que c'est plus simple d'aller sur wikipedia que de débattre vraiment, pas vrai?


    et sinon, pour en finir avec toi, et avec indulgence, parce que je sais que tu ne fais qu'attendre le concert de the national en direct à partir de 2h du matin, je remarque qu'à la fin de tout ce bazar, la personne qui se sera focalisée sur des détails sans arguments, la personne qui aura répondu de manière un peu perdue et confuse, la personne qui aura été la plus désagréable et méprisante, c'est toi. et c'est dommage.

    RépondreSupprimer
  55. "Rien ne semble vraiment vivant chez The National, tout est taillé dans la demi-mesure, trop poli."

    Abel
    http://www.youtube.com/watch?v=vZIcK4n9EZI

    Murder Me Rachael
    http://www.youtube.com/watch?v=SvgT9GBCPNA

    Mr November
    http://www.youtube.com/watch?v=3SofnZ1oKqk&feature=related

    RépondreSupprimer
  56. vu le concert en ligne hier et.. très bon
    pas Pavement bien évidemment (quelle comparaison...) mais une formation qui a une patte, un style (pas mou), des gars qui jouent avec leurs tripes, qui ne trichent pas
    Je vais aller plus loin : j'avais choppé sur le net un concert d'eux au FIB en 2008 (tournée Boiwer) et je m'étais ennuyé.. comme quoi.
    Au sujet du concert que t'as vu, je pense que le Zénith est une salle pas du tout adaptée à leur musique.
    Pour ce qui est de la forme de mes commentaires, je ne me relis pas .. qu'importe ce qui est important est le fond, les arguments etc.. quand à premier / second degré ouais bof... argument fallacieux.. (désolé de ne pas avoir eu le courage de répondre mot pour mot à tes pavés de commentaires)
    Maintenant, il ya une chose : la bonne musique s'apprécie avec le temps. S'il on avait une discussion, je te dirais sans doute (comme toi) que le rock indé est devenu une mode, un genre commercial etc, que c'était mieux du temps des Pixies.. mais bon voilà.. il faut trier..il reste des choses intéressantes.
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  57. En toute objectivité, "fadeur" et "demi-mesure" (cf article) sont-ils des mots qui viennent à l'esprit à propos du groupe, après n'avoir vu ne serait-ce qu'une seule des trois vidéos dont j'ai posté les liens un peu plus haut ?

    Attendons la réponse de l'auteur du blog.

    RépondreSupprimer
  58. Règle numéro 3 :
    Il n'y a pas plus Pop que Emilien.

    RépondreSupprimer
  59. Règle numéro 4 :
    ta gueule Jarvis

    RépondreSupprimer
  60. Anonyme > Même moi qui apprécie le groupe je vois tout à fait quelle fadeur, quelle demi-mesure on peut y percevoir, même dans les vidéos supposées punk rock que tu postes. Exactement comme je comprends que la voix de Jeff Mangum ou de Thom Yorke puisse énerver quiconque au-delà du raisonnable. Ou qu'on puisse trouver que Saez dénonce les maux de notre société malade.

    Je comprends, mais je n'approuve décidément pas.

    Et c'est toi ta gueule, tralalalère.

    RépondreSupprimer
  61. Cool ton comz anonyme. Qu'est ce qu'on est sensé répondre ? "Ben, oui."
    Et il n'y a pas d'objectivité qui tienne quand on fait de la critique, ou alors mieux vaut lire une description en track-by-track.

    Par contre, la demi-mesure, c'est objectif. Ça n'a rien de péjoratif en soit d'ailleurs, c'est un fait que le groupe ne soit pas emphatique, et ce n'est pas ça qui le rende mauvais.

    RépondreSupprimer
  62. Pauvre, pauvre Anonyme/Volfoni, tu t'enfonces tout seul dans un débat stérile, avec des arguments on ne peut plus puérils. Il serait peut-être temps d'admettre que tout le monde n'a pas la même vision que toi de la musique (comme l'a dit Thelonius H., tout jugement est subjectif), et c'est pas en nous balançant des soi-disant vidéos-de-la-mort-qui-tue que tu vas nous convaincre. Libre à toi de ne pas être d'accord avec cet article, mais dans ce cas défends dignement ton groupe chouchou si tu y tiens tant, mais au moins avec des raisonnements qui tiennent un tant soit peu la route. Certains de tes commentaires complètement à côté de la plaque prouvent que tu ne trouves rien à répondre aux vrais arguments avancés par d'autres.
    Si à chaque fois que quelqu'un décide de s'en prendre à un groupe que tu apprécies, tu lui réponds par des pseudo justifications du genre "Non c'est pas fade", "T'es un plouc", "t'es snob" ou "ta gueule", ton sens de la dialectique est à revoir ! C'est vraiment triste de te lire...

    RépondreSupprimer
  63. Règle numéro 5 :
    Quand on est Pop, on ne dit pas d'insultes.

    RépondreSupprimer
  64. Tout d'abord, je tiens à préciser que mes deux seuls posts sont ceux concernant les vidéos, je ne me permettrais pas de lancer des insultes.
    Pour donner mon avis, je trouve High Violet un peu moins bon que ses prédecesseurs Alligator et Boxer, un peu trop lisse sur certains morceaux ; la tension qui les caractérisait (implicite dans Boxer, plus explicite dans Alligator) est à mon avis moins présente sur cet album.
    Cependant, j'ai eu l'impression que l'article donnait un avis global sur The National à partir d'un album et d'un concert, alors que "High Violet" est assez différent de leurs autres albums, à mon avis.

    RépondreSupprimer
  65. Lorsque les arguments n'ont pas de poids, c'est l'insistance qui en a. A force de s'obstiner, Volfoni va peut-être intéresser le lecteur à the National (71 commentaires, ce n'est pas commun). Je comprends que le débat n'avance pas étant donnée la nature de la critique à la base: il faut reconnaitre que la seule réponse possible à l'opinion "c'est fade" reste l'opinion "ce n'est pas fade"...

    RépondreSupprimer
  66. Il est tout à fait possible de développer "ce n'est pas fade", et c'est là que pêche l'argumentaire de volfoni.

    RépondreSupprimer
  67. Antoine Kenfoiré16 mai 2010 à 22:15

    Perso the national je l'emprunte tous les soirs pour rentrer du boulot, mais jamais je l'écoute.

    RépondreSupprimer
  68. Antoine Kel'enfoiré çuilà!16 mai 2010 à 22:16

    Je préfère voter front national que d'écouter the national.

    RépondreSupprimer
  69. @natalia
    Je discute pas avec les cons. t'a même pas été fichue de penser qu anonyme puisse être quelquen d'autre que moi et tu me demande de contineur à alimenter le débat ? Mais dans quel but ? Chacun ces goûts et j'ai vraiment autre chose à foutre.

    RépondreSupprimer
  70. Marrant, depuis deux jours t'as trop la flemme, pas que ça à foutre et puis tu t'abaisses pas à débattre (??) mais pourtant tu es toujours là, comme une présence familière et rassurante quoi. Un peu comme si c'était de belles excuses pour ne pas avoir réussi à aligner la moitié d'un argument en une vingtaine de commentaires, sans parler de la moitié des mots que t'emploies sans en connaître le sens.

    Au début j'étais plutôt parti pour être indulgent, quand on est fan on est un peu con et on est tous fan de quelque chose. Sauf que là tu dépasses un peu les limites, hmm.

    RépondreSupprimer
  71. Non effectivement, je n'ai pas pensé qu'il pouvait y avoir plusieurs anonymes, mais si tu avais été un peu moins flemmard, tu aurais eu le courage (et quel courage !) d'écrire ton pseudonyme au lieu de te contenter de cliquer sur Anonyme.

    Mais une fois de plus, tu réponds complètement à côté, par des grossièretés qui plus est. Et si tu es aussi flemmard que tu le prétends et que tu n'as pas envie de débattre de façon intelligente et réfléchie, eh bien... au revoir !

    RépondreSupprimer
  72. Je mets permets l'établissement d'un nouveau 'point Volfoni' :
    "Plus un article comprend de commentaires, plus la chance que ces commentaires dépassent le stade anal s'éloigne de 1"


    (dit-il en postant un commentaire)

    RépondreSupprimer
  73. Joe, à sa décharge, je maintiens que la dialectique est ardue quand on n'est pas d'accord sur un ressenti. C'est plus facile de critiquer des points de détails, par ailleurs complètement futiles, comme la mode de Beirut ou le mérite d'avoir travaillé un album, que de développer une opinion aussi "parfaite" que "ce n'est pas fade". On ne peut pas ajouter ni retrancher grand chose à ce genre d'opinion, comme à son contraire, qui est à la fois un postulat et une conclusion.
    Mais n'en ajoutons pas. Le débat est clos puisque le traditionnel "chacun ses goûts" en a officialisé la fermeture.

    RépondreSupprimer
  74. C'est vrai qu'il s'agit d'un groupe totalement à chier, au même titre qu'Interpol.

    RépondreSupprimer
  75. Meilleur groupe des années 2000 selon Rateyour music...

    RépondreSupprimer
  76. @natalia
    le fait est que UNE FOIS je n'ai pas écrit mon pseudo (pas par calcul par pur fénéantise) ça n'excuse pas le fait que tu m'ai confondu avec l'autre. Encore une fois je ne suis pas ici pour démontrer que j'AI RAison (on s'en fout pas mal) .. c'est juste certains propos dans cet article que je trouve excessifs (donc insignifiants). Après, si vous êtes dans le registre de l'humour et de la dérision, très bien y'a pas de problème
    Au revoir.

    @à l'équipe de C'est entendu : blog très bien écrit et bien fichu par ailleurs

    RépondreSupprimer
  77. Johnny Weissmuler18 mai 2010 à 13:10

    "Chacun ces goûts et j'ai vraiment autre chose à foutre."

    O_o

    RépondreSupprimer
  78. oui et alors ?
    y'a quoi de drôle

    RépondreSupprimer
  79. Je suis assez d'accord avec cette critique et ça me fait plaisir d'être tombé sur elle après avoir lu tant de bien de ce groupe que je qualifierai personnellement de... médiocre. C'est le mot qui convient le mieux.

    RépondreSupprimer
  80. Huhu,

    me voilà devant un dilemne. Je suis, à la base, assez fan de The National (et de Sufjan Stevens aussi, d'ailleurs) mais, j'ose espérer, un tantinet ouvert d'esprit. Or, je tombe sur cette descente en flammes que j'ai un peu cherchée (j'avoue, je suis très déçu par ce disque), et je me dis que oui, décidément, c'est argumenté, assez juste dans le ton, et plutôt drôle, même si je ne suis pas vraiment d'accord avec tout (c'est grave docteur ?).

    Maintenant, en fan de base (hou la la, je vais me faire immolet ici), j'estime que la meilleure réponse est effectivement de proposer l'écoute, comme quelqu'un l'a fait, de Murder Me Rachel, ou Mr November, qui, même si elles sont techniquement simples (Emilien me corrigera, je ne suis pas musicien, désolé), ben me touchent vraiment pas leur seule énergie. Et si tous ces cloueurs au pilori que vous êtes n'adhérez pas à ces chansons, bha, est-ce si grave après tout ? Bon, moi je suis un peu suicidaire, je vais aller au bout du truc, je déteste LCD Soundsystem que je trouve fainéant et atrocement "Grand Journal" (vous me suivez ? pas trouvé mieux comme pire insulte).

    Mais là où je suis d'accord avec vous, contempteurs, je trouve que le Raoul (Volfoni, qui lui était drôle dans le film), ben, il faudrait se détendre, c'est pas grave, ça reste de la musique... Non ? Attends, pire, j'aime Radiohead depuis 17 ans au moins (putain !! le vieux !!) et je rigole jamais autant que chez ceux qui s'évertuent à dégonder Yorke et sa bande. Et alors ? L'art n'est-il pas non plus fait pour être désacralisé, de temps en temps ? Foulala, mon ami, détends-toi, c'est pô grave...

    Sinon, Emilien, je te confirme, ton image des classiques littéraires, elle est un peu nulle, mais en fait elle est pas mal... Moi je suis à un âge où on pardonne à son prof de français d'avoir été nul à chier (en plus, ma femme est prof, j'accumule là), et je viens de me lancer dans Homère, et sincèrement, je dirais plus jamais de mal des classiques littéraires. Mais bon, j'ai pas encore lu Musset...

    Un dernier point, et je suis un poil sérieux, je ne pense pas que The National soit médiocre, même en les détestant cordialement. Austères, pas drôles, pas sexy, alcooliques (le vin, d'ailleurs, est toujours ROUGE chez Berninger, jamais blanc, mais je ne t'en veux pas même si je trouve que putain tu pourrais au moins le respecter, merde !!), tout ce que vous voulez. Mais médiocres, non, je ne pense pas quand même. Les 2BE3 étaient médiocres, mais Johnny ne l'est pas même si je le conchie et je conchie tout ce qu'il représente, cette horrible France franchouillarde et poussiéreuse et millionnaire qui fait semblant d'aimer son public, vraiment populaire lui, mais c'est un autre débat. Mais Jo n'est pas médiocre, ni mauvais. Je le déteste parce qu'il est vulgaire, moche, sans finesse et sans idée, mais médiocre, il faudrait être de mauvaise foi quand même. Non ?

    Voilà, c'est tout, en tout cas, Emilien, tu as réussi à plus écrire en commentaires que dans ton papier, et franchement, je te félicite... Preuve que ta plume est bonne, même si je ne suis pas d'accord avec toi sur ce papier.

    Bien amicalement, Christophe (confrère de pinkushion, qui a aussi assisté et chroniqué le concert de Pavement avec un point de vue plus fanatique, j'avoue)

    RépondreSupprimer
  81. Ptain tu m'as kèn la tronche Chrisstopher Clarkk

    RépondreSupprimer
  82. La malédiction se poursuit :

    http://pitchfork.com/news/38856-the-national-crash-the-billboard-album-chart-at-number-three/

    RépondreSupprimer
  83. Excellent article; merci Emilien : belle écriture et analyse de fond perspicace. L'engouement interplanétaire et les bonnes critiques à gauche à droite sur ce disque n'en finissaient pas de me désespérer et ton article m'envoie enfin un bon bol d'air salutaire.
    The National,c'est vraiment pour moi le groupe tête à claques par excellence.
    Il y a un argument -par l'absurde,vide de sens,à se mordre la queue- qui revient souvent dans les bonnes critiques et qui est le suivant :The National joue une sorte de rock héroique à la U2,Placebo,Keane ou Coldplay mais dont le côté héroique ,souvent d'une exubérance bêbête chez d'autres groupes,et qui pourrait en énerver certains (dont moi) est mis considérablement en sourdine.Et tout à coup,presque mécaniquement,un processus collectif (institué par les journalistes) d'une trivialité et d'un arbitraire confondants se met en place et essaie de vous dire ceci : si vous,auditeurs branchés,culpabilisez à l'idée de vous surprendre quelquefois et pour quelques minutes à céder aux envolés lyriques et romantiques de ces groupes "héroiques" à l'eau de rose,romantico-ado au succès planétaire, alors arrêtez tout et jetez vous sur The National : avec The National , on ne culpabilise plus : vos sentiments les plus mièvres ,divers et variés, peuvent désormais s'assumer pleinement et tout en douceur et cela sans passer pour un ado boutonneux inculte : avec The National ,vous passez dans l'âge adulte de la sentimentalité respectable !
    Et avec tout çà ,que reste-t-il finalement , j'entends , musicalement parlant ?
    Le pire groupe taxé "indie" qu'il m'ait été donné d'entendre depuis belle lurette (enfin, si je le mets en parallèle avec l'accueil protecteur,révérencieux,quasi religieux et le succès que reçoit The National par la presse spécialisée hype mondiale). Vraiment,ce petit monde de la critique qui a pignon sur rue (sur le monde ,devrais-je dire) et qui croit ressentir des émotions plus hautes et respectables et vouloir les initier secrètement au monde entier , cela devient vraiment grotesque , et en l'occurence pour cet album High Violet où tout sonne creux,superficiel,mou,impuissant,monotone,dénué d'une infime parcelle de créativité,de rythme,de force et de folie, bref d'un ennui mortel ,enveloppé/lové par dessus le marché et justement par ce vernis d' orgueil,cette sensualité libidineuse,cette majesté de carte postale ,propres au rock héroique mais qui ,là, sont là on ne sait trop pourquoi.
    A l'écoute de cet album et de ce groupe qui a du succès ,on se dit que l'éducation musicale est vraiment en totale désuétude,en lien aussi avec un monde occidental toujours plus formaté,impitoyable et en totale déconfiture , qui n'incite guère les individus à l'introspection,à la curiosité,à l'originalité,au dépassement spirituel.Avec The National,les émotions sont réduites à leur plus petit dénominateur commun , et bradées à un public via les "rock critiques" qui -peut-être vivant eux dans une certaine sécurité ou sous une chappe de plomb - ne peuvent entrevoir ou recevoir quelque chose de plus fort,de plus complexe,de plus profond,de plus fou,de plus vivant.

    Pour rester optimiste , je conseillerai un groupe des années 80s qui a flirté avec un certain rock héroique à la U2 (qui faisait un peu finalement du The National mais pas dans la peau de petits bourgeois new-yorkais opportunistes) et qui lui vaut réellement le détour pour quelque âme un peu tourmenté comme moi et avide de sensations un peu plus fortes : il s'agit du groupe londonien The Sound (je conseillerais le double cd réédité par Renascent Records intitulé The BBC Recordings) . Pour The Sound, oui là ,on peut en effet citer Joy Division mais pitié ,comme je le lis partout ,pas pour The National.

    Encore merci Emilien.

    RépondreSupprimer
  84. AH OUI, citer The Sound est toujours apprécié par ma caboche et je suis bien heureux d'être surpris de lire ce nom en commentaire à un article sur The National.
    Je n'avais pas lu de références à Joy Division dans des critiques de High Violet, et je le regrette presque, maintenant, tant ça m'aurait fait rire.

    RépondreSupprimer
  85. Pour voir la référence sus-nommée,Joe,va sur Telerama.fr où High Violet est chroniqué sans surprise ultra-positivement.Manquant parfois d'humour,ce genre d'article aurait plutôt tendance à me rendre violent ,alors c'est pour çà que j'ai "catharsisé" la révolte en modeste commentaire.Il y a des fois -comme là- où je ne peux me retenir.
    The Sound à l'époque était passé au West Side à Lyon,précisément le 9 et 10 mai 1985.J'étais fan absolu de ce groupe peu connu qui me faisait sortir les tripes, décuplait mes fantasmes,mes désirs (et mes revers !) amoureux de pré-adolescent mais je n'étais alors qu'en quatrième et n'avais pu à mon grand regret me rendre à ce concert. J'ai par contre encore dans un coin la K7 d'un de ces deux concerts diffusé en 1985 par une radio stéphanoise que j'écoutais sans arrêt (la miraculeuse radio SWK).

    RépondreSupprimer
  86. @Christophe
    Tout d'abord bravo pour le clin d'oeil concernant mon pseudo..
    je n'ai pas ta patience ni ton talent d'écriture désolé. Néanmois je pense comme toi qu'on ne peut pas taxer ce groupe médiocrité. Je ne prétends pas non plus qu'il réinvente l'indie rock. Loin de moi l'idée de les comparer par exemple à Pavement qui est des meilleurs groupes des années 90 (Emilien... juger la prestation d'un groupe dans une salle qui à l'évidence n'est pas faite pour lui...pose quand même problème non?)
    Comment vous expliquer, je trouve à ce groupe ce qu'on peut trouver à une fille qui n'est pas un canon ni une bombe mais qui a un petit quelque chose de charmant voilà
    Oui c'est ça je leur trouve du charme.
    Pour prendre une autre image, si The National était un parti politique il serait sans doute le Modem (oui je sais 4%). On ne peut pas taxer les partisans de Bayrou d'être des oppoitunistes. De la même manière, je ne vois pas de stratégie dans ce que fait ce groupe. Il y a un côté agaçant chez euxc (cette manière de ne pas y toucher tout en affichant des prétentions), peut pêtre qu'ils ne vont pas assez loin etc. néanmoins ils me sont sympathiques et surtout leurs chansons ne feront jamais l'objet d'un Coming next au Grand Journal (contrairement à LCD par exemple)
    Rien que pour ça je les aime The National
    Longue vie à eux

    @Francis
    Je ne sais pas dans quel monde vous vivez mais à ce que je sache The National ne sont ni Arcade Fire ni Radiohead (les comparer à U2 me semble très fallacieux). L'influence Joy Division est présente (davantage dans les disques précédents). C'est ce mélange d'influences un peu batard (avec par exemple sur High Violet ces choeurs à la REM) qui en fait une formation humaine, touchante
    Un peu comme la formation de Michael Stipe à leurs débuts
    Pas un groupe génial mais un petit qqchose d'attachant


    PS II : je pense que les médias (Inrocks, telerama) dont vous parlez ont la même démarche que vous, à savoir défendre un point de vue "alternatif" (à TF1 pour ce qui les concerne) une sorte de contre-poids aux logiques commerciales. The National ne passera pas sur NRJ ni sur Virgin radio. Il n'y aura pas de mode The National. Vouloir "se faire" les groupes mis à l'affiche par ces médias est une démarche un peu casse-gueule je trouve qui s'apparente à du snobisme . Il faut un minimum raison garder. Critiquer ok.. descendre dans une logique de disctinction .. pas grand intérêt (ah si rire .. mais je n'ai aucun humour)

    RépondreSupprimer
  87. @emilien

    dans le premier commentaire, il ya cette phrase
    "Au final, ça reste un bon album, à placer avec Owen et Joanna sur son étagère "2010".

    c'est déjà pas mal non ?

    RépondreSupprimer
  88. Putain il y a de sacrés rigolos ici , car comparer U2 à the national faut déjà être con .

    RépondreSupprimer
  89. Volfoni : non non, je ne veux pas "me faire" ni Télérama ni Les Inrocks.Tu as d'ailleurs raison et tout est dit quand tu écris très justement qu'ils sont alternatifs PAR RAPPORT à TF1.
    Quant à la comparaison de the National avec les premiers REM,là je crois que tu es tombé sur la mauvaise personne ;mais saches d'abord que je commence à me faire vieux (bientôt la quarantaine) et que si réellement j'ai loupé l'occasion d'être authentiquement ému depuis quelques années par The National,j'en serais le premier désolé et si vraiment pour toi ce groupe te fait quelqu' effet bénéfique,c'est cela qui compte et pas autre chose et ne tiens pas trop à coeur les remarques et jugements de gens qui peuvent paraitre sectaires ou trop exigeants comme moi.
    Oui donc, pour en revenir à REM :en 1983 ,j'avais douze ans et mon frère ainé avait acheté le premier REM Murmur.C'est peut-être l'album que j'ai le plus écouté depuis ma tendre enfance (avec Daydream Nation de Sonic Youth, le premier Violent Femmes, le premier Killing Joke,Goat de Jesus Lizard et beacoup beaucoup d'autres....).Je suis fan d'REM depuis la première heure,ai toujours attendu chacun de leur albums fébrilement (ne trouvant absolument rien d'intéressant qu'une seule fois sur un seul de leurs 15 albums - Around the Sun- ).
    Je ne veux pas jouer au guru mais quand même là je ne peux pas laisser passer cà : écoutes ou réécoutes consciencieusement les premiers REM (surtout la période IRS) et surtout -puisque tu y fais allusion-les choeurs de l'excellent bassiste Mike Mills,ces choeurs qui étaient l'un des composants essentiels d'REM , jouant pleinement le rôle d'un instrument supplémentaire et qui pour chaque morceau,savaient se faire attendre , ceci pour notre plus grande joie car douées d'un sens harmonique et d'un sens du contre-point formidables.Mais bon ,c'est vrai, je vois ce que tu veux dire,il y a un petit quelque chose à la REM dans The National mais alors vraiment extrêmement simplifié,amenuisé,et embrouillé, vraiment lointainement,très lointainement ; c'est d'ailleurs ce concept que The National semble avoir mis en vigueur : le concept du lointain et c'est peut-être là qu'il y a un peu d'REM,mais sans les super, cultivés et passionnés musiciens et compositeurs d'REM,sans la personnalité et l'écriture réellement poétique,phonétique du chanteur.
    Si par contre il y avait peut-être un groupe actuel à rapprocher d'REM ,mais dans un sens qui m'intéresse,je veux parler de cette façon "intellectuelle" et "intérieur" de composer les morceaux en escaliers,en volutes ascendants,avec chausse-trappes mais toujours (et contrairement à The National) avec une base très charpentée,un souci des pleins et des vides , des harmonies complexes ,des ambiances et sons variées,un souci de la vélocité instrumentale et du plaisir sensuel du jeu, ce serait les New Pornographers.
    A part cela,mes deux groupes préférés (sur disque et en live) et qui ne m'ont encore pas déçu depuis plus de dix ans , c'est Deerhoof et Kemialise Ystavat. Voilà tout.

    RépondreSupprimer
  90. @Volfoni :

    Tu dis "et surtout leurs chansons ne feront jamais l'objet d'un Coming next au Grand Journal (contrairement à LCD par exemple)". Et puis tu sembles impliquer que la logique de notre magazine serait de se placer en porte-à-faux, en alternative snob vis à vis des médias, mais tu te trompes. Si Emilien a écrit cet article, c'est parce qu'il n'aime pas The National (ni leur dernier album, ni leur prestation de l'autre jour), et pas pour se la jouer "snobinard jamais d'accord avec le grand public." Au contraire. Si c'était notre but, nous nous ferions un plaisir monstre à DÉMOLIR LCD Soundsystem, alors que non. Nous avons aimé l'album et ne pensons pas qu'il est plus intéressant d'écouter quelque chose qui "ne passera pas au Grand Journal" comme tu l'impliques.

    Tu dis aussi "Je ne sais pas dans quel monde vous vivez mais à ce que je sache The National ne sont ni Arcade Fire ni Radiohead" et j'aimerais bien que tu précises ta pensée. Si tu insinues que The National n'est pas un groupe très connu ou qui marche vraiment à ce point, outre le fait que ça n'est absolument pas ce que Francis avait dit, laisse moi te dire que tu te goures. High Violet a atterri à la 3ème place du Billboard américain, cette semaine. Si ça n'est pas une preuve de leur impact commercial, je ne sais pas ce qu'il te faut. Évidemment, ils ne feront jamais un score comparable en France, mais il faut comparer ce qui est comparable.

    RépondreSupprimer
  91. "Pour prendre une autre image, si The National était un parti politique il serait sans doute le Modem."

    AHAH :D :D
    Tout est dit.

    RépondreSupprimer
  92. terrible, oui ^^
    C'est fou qu'un groupe aussi lisse et creux puisse autant faire parler, en tt cas.
    (un prix spécial pour le 100ème commentaire à cet article ?^^)

    RépondreSupprimer
  93. @AbAt-Jour
    Tout est dit en effet
    je préfère (à tout prendre) Bayrou à Sarko

    @reena
    si tu n'as rien à dire de plus intéressant que le silence tais-toi

    RépondreSupprimer
  94. Si ça continue cet article va avoir plus de commentaires que votre site n'a d'articles !

    Et sinon, j'écoute toujours High Violet, j'aime toujours beaucoup.

    RépondreSupprimer
  95. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  96. Volfoni : "si tu n'as rien à dire de plus intéressant que le silence tais-toi "

    C'est, très mal rapportée, une phrase du Coran. Dans "Entre les murs", y'a le grand noir de la classe qui a cette phrase tatouée sur l'épaule. J'aime t'imaginer avec cette phrase tatouée sur l'épaule.

    RépondreSupprimer
  97. @Hijo
    Décidément je crois que certains ont un probème avec le français. On s'en fout pas mal d'Entre les murs. Si tu veux faire le clown (comme dirait le Doc') ça te regarde. Moi je viens pour débattre, échanger des arguments, discuter (maladroitement peut être parfois) à propos de ce que l'on appelle disque, c'est à dire le fruit du travail d'un collectif humain.
    j'aime toujours bien ce disque.
    C'est grave ?

    RépondreSupprimer
  98. @francis
    Décidémément...
    Difficile de se faire comprendre. J'aime bien The National. Qu'ils soient N°3 au billboard j'en ai rien faire. Je suis français, j'appartiens à une communauté nationale, à un public national et je me place pas dans un point de vue mondial.
    Parenthèse refermée
    Que Monsieurr Emilien n'est pas aimé le concert (ni le disque) et bien soit... de là à parler de soupe (enfin je vais pas me répéter), de groupe médiocre (dans un Zenith.. cherchez l'erreur) .. je trouve ça exagéré. Donc j'avais envie de rétablir non pas la vérité mais disons quelque chose qui me semble un peu plus objectif (avec tous les guillemets que vous voulez)...ou moins sarcasique

    @Francis
    je connais REM par coeur
    j'ai été un très grand fan. Je disais qu'il y'a un petit qqchose dans la façon de ne pas en faire des tonnes, d'eêtre un peu en dehors des modes etc ... c'était pour donner un exemple.. il ne s'agit pas d'uné verité absolue.
    D'ailleurs s'il on veut faire un débat à propos de l'état de la musique, je pense qu'on sera à pezu près tous d'accord pour dire qu'en trente ans le rock est devenu une affaire de business, qu'il a été récupéré, que les groupes sont lisses et que le moindre album qui sort s'en ressent.

    RépondreSupprimer
  99. "de groupe médiocre (dans un Zenith.. cherchez l'erreur)"

    Dans la programmation du Zenith, la liste des groupe pas médiocres à venir sont donc:
    Boyz II Men
    The Cranberries
    Diam's
    Calogero

    Bon concert!

    RépondreSupprimer
  100. @anonyme
    j'aime bien Calogero et Cranberries

    @tous
    A tous ceux qui tapent sur Johnny, je leur conseille d'aller un jour le voir en concert (en province pas au SDF et pas pour 150 euros)
    Ce mec (en plus d'être un des grands réprésentants de la beauferie) symbolise sans doute tous les clichés du rock etc
    Il n'empêche, c'est une légende, un mythe vivant et un chanteur qui possède un organe (vocal) hors du commn
    Comprenne qui pourra

    RépondreSupprimer
  101. Smet The Fockers21 mai 2010 à 18:08

    Je rêve d'aller voir Johnny en concert mais il est à moitié-mort ! Il a les deux pieds dans la tombe, il est mi-macchabée, half-dead, il est complètement doomed. Chuis dég parce que je rêve d'aller le voir en live ce cadavéreux.

    L'autre jour j'ai présenté mes parents à mes beaux-parents, et JohnnY Hallyway a pointé l'énorme bout de son nez dans la conversation, alors ma mère, qui exècre ce chanteur de merde, en a dit tout le mal qu'elle en pense (elle "encule sa mère" selon ses propres mots), et ma belle-maman de répondre: "On est allés le voir au stade def'".

    J'étais cuit. Mon couple venait de mourir sous mes yeux, et le fantôme de Johnny Wall-eday venait d'en prononcer la sentence finale.

    Ce vieux con fume déjà des mauves, il graille les pissenlits par la racine depuis son lit de mort (même la grande faucheuse ne veut pas de lui) et ça me désole parce que je rêvais de me le "faire" en live, de lui serrer la main jusqu'au sang et lui cracher à la gueule face à face, puis d'en prendre plein ma grosse tronche avec sa musique que j'aime.

    RépondreSupprimer
  102. Smet The Fockers21 mai 2010 à 18:11

    Je rêve d'aller voir Johnny en concert mais il est à moitié-mort ! Il a les deux pieds dans la tombe, il est mi-macchabée, half-dead, il est complètement doomed. Chuis dég parce que je rêve d'aller le voir en live ce cadavéreux.

    L'autre jour j'ai présenté mes parents à mes beaux-parents, et JohnnY Hallyway a pointé l'énorme bout de son nez dans la conversation, alors ma mère, qui exècre ce chanteur de merde, en a dit tout le mal qu'elle en pense (elle "encule sa mère" selon ses propres mots), et ma belle-maman de répondre: "On est allés le voir au stade def'".

    J'étais cuit. Mon couple venait de mourir sous mes yeux, et le fantôme de Johnny Wall-eday venait d'en prononcer la sentence finale.

    Ce vieux con fume déjà des mauves, il graille les pissenlits par la racine depuis son lit de mort (même la grande faucheuse ne veut pas de lui) et ça me désole parce que je rêvais de me le "faire" en live, de lui serrer la main jusqu'au sang et lui cracher à la gueule face à face, puis d'en prendre plein ma grosse tronche avec sa musique que j'aime.

    RépondreSupprimer
  103. Oh putain Emilien t'es un tout bon toi change pas ;)

    Pauvre mec va ;)

    RépondreSupprimer
  104. J'ai l'impression (ce n'est qu'une impression) que la majorité de ceux qui pensent que The National est "lisse", "creux", "fade" et "mièvre", bref ceux qui sont d'accord avec l'article, connaissaient peu The National AVANT d'écouter High Violet. Je comprends tout à fait pourquoi on peut avoir des avis aussi négatifs à propos de High Violet, moins à propos de Boxer ou d'Alligator.

    Le meilleur moyen est de commencer par les morceaux les plus directs de ces deux albums (Apartment Story, Secret Meeting, All The Wine, Mr November). Et même si vous n'aimez toujours pas, je suis persuadé que vous aurez au moins un avis un peu moins négatif.

    RépondreSupprimer
  105. Je viens de relire entièrement et chronologiquement les dizaines et dizaines de commentaires postés (au cours d'une semaine entière tout de même ! ) et je me rends compte et ai un certain malaise à voir que j'ai un peu et malgré moi participé à la curée générale à l'encontre de Volfoni ,en avançant peut-être des avis trop orgueilleusement tranchés et précipités mais en restant j'espère un minimum dans le domaine de la courtoisie.En tout cas,je reconnais à Volfoni une réelle et saine ténacité,il n'a pas laché l'affaire et on peut même le remercier d'avoir eu un certain courage,ayant été un peu piégé malgré lui dans le rôle du bouc émissaire (René Girard a écrit de beaux textes sur ce sujet) d'autant qu'il a été loin de dire que des inepties et qu'il a finalement alimenté le débat,amené la contradiction ; sans Volfoni,le débat aurait peut-être tourné court et aurait été certainement plus consensuel : il a tout de même poussé C'est Entendu et les divers commentateurs dans leurs retranchements et leurs entêtements jusqu'à peut-être parvenir à faire crever certains abscès.
    @Volfoni : réécoutant High Violet,je finis par reconnaitre qu'il y a quelques morceaux qui se laissent vraiment écouter surtout dans la deuxième partie de l'album (Bloodbuzz Ohio,Lemonworld,concersation 16,England).Tu as raison d'avoir cité REM à propos de The National,surtout ,voir uniquement pour ma part, pour un seul album de Rapid Eye Movement : Up (qui est loin d'être celui que je préfère,même si comportant ce morceau beach boysien très inspiré qu'est At My Most Beautiful ). Enfin, le groupe post rock de Montréal des nineties Godspeed You Black Emperor a dû certainement être une grosse influence sur The National .

    @ toute l'équipe et leur lecteurs et intervenants : au niveau du 20èm commentaire,les deux textes et ressentis idéologiques radicalement opposés à propos de Sufjan Stevens rédigés par Klaus Barbi et Balèze Cendar (!!!) sont vraiment très drôles et pourraient parfaitement figurer dans une version post-moderne des Possédés de Dostoievski !!!
    Continuez comme cela !!

    RépondreSupprimer
  106. @Francis
    Merci Morvandieu
    très bon buffet froid

    RépondreSupprimer
  107. Fou comme le contexte (favorable ou non) dans lequel on écoute un disque peut modifier la perception que l'on peut en avoir. Cet album je l'ai écouté à plusieurs reprises la semaine dernière (dans le train, en voiture, au boulot) je le trouvais bien foutu, très bien écrit, bref rien à redire (sans à y voir un chef d'oeuvre non plus.... De repos ce week end je pensais retrouver avec bonheur la sensation que j'avais pu éprouvée en écoutant le skeud au cours de la semaine passée
    Et là ... rien. Mes oreilles sont devenues complètement fermés et rétives à cet album pataud, lourd bourré de défauts finalement.
    Seuls trouvent grâce à mes oreilles "Sorrow" et surtout "Lemon world"
    C'est grave docteur?

    RépondreSupprimer
  108. Je n'en dirais pas autant en revanche de leurs albums précédents que je trouve très bon (surtout Boxer qui est pour moi leur disque le plus abouti). Pas un groupe médiocre pour moi donc loin s'en faut.

    RépondreSupprimer
  109. @flavie
    et bah voilà quoi?
    Très bon groupe, album médiocre

    RépondreSupprimer
  110. Bilan des expériences de Francis et de volfoni : ne jamais juger un album trop rapidement, que ce soit négativement ou positivement (et surtout en ce qui concerne The National !)

    RépondreSupprimer
  111. tout à fait anonyme

    RépondreSupprimer
  112. 'surtout en ce qui concerne The National' ?! Pourquoi ce groupe chiasseux nécessiterait un traitement de faveur ? Leurs chansons sont très, très, très mauvaises.

    RépondreSupprimer
  113. Toi Duncan tu es très très très con. Grosse merde va

    RépondreSupprimer
  114. http://pitchfork.com/news/38999-the-national-tour-with-owen-pallett/

    lol

    RépondreSupprimer