C'est entendu.

vendredi 4 novembre 2011

[Quitte ou Double] Quel format pour la musique ?

Un article a paru il y a quelques jours m'a rappelé que j'avais lu quelque part l'annonce froide et précise de la date de péremption du format CD. Ainsi donc, d'ici un an environ, motivée par la mainmise d'Amazon sur les ventes, la côte de popularité en chute libre du format, et des perspectives de bénéfices liées à l'arrêt de la production d'un support physique au profit de la vente de musique digitale, l'industrie du disque va arrêter de produire des CDs.


Pour la plupart d'entre nous, qui avons grandi avec ce format "moderne", cette annonce doit faire le même effet qu'avait occasionné sur nos ainés le passage du vinyle au compact disc. On abandonne un format obsolète pour embrasser le futur. Mais alors quel effet cela nous fait-il vraiment ? Êtes-vous enthousiastes ? Nostalgiques ? Indifférents ?

Le format mp3 privilégié présente, il faut bien l'avouer, de sacrés avantages, en terme de longévité (le CD était censé durer toute une vie mais on s'est récemment penché sur sa durée de vie réelle, très limitée) comme en matière d'immatérialité. Le mp3 n'est pas physique (enfin, si, il repose sur des machines, disques durs et autres super-stockeurs, mais ça on l'occulte volontairement) et il est donc plus facile à transporter et stocker, moins coûteux à produire et beaucoup plus écologique en ce qui concerne son recyclage. L'industrie privilégierait ainsi le mp3 pour faire des économies et donc du profit, stoppant net la production de CDs et laissant les stocks s'écouler à travers la vente en ligne (Amazon faisant figure de mastodonte dans ce domaine) jusqu'à ce que tout le monde vienne au digital, une fois les stocks épuisés et les consommateurs convaincus qu'ils trouveront plus facilement tel disque rare sur leur iTunes store que chez leur revendeur privé.


Le CD avait de toute façon perdu en crédibilité avec l'arrivée du mp3, mais il reste un moyen crédible de transmettre la musique. Aux concerts par exemple. Vous imaginez un groupe vendre des clés USB ou des codes de téléchargement après un show ? Les revenus de la sphère indépendante baisseraient considérablement ! Quant aux disquaires (qui se sont récemment décidés à mettre du leur dans la revalorisation de leur statut avec par exemple l'avènement du Disquaire Day, mieux vaut tard que jamais), il apparait peu crédible qu'ils ferment tous leurs portes d'ici deux ans, faute de disques à vendre. Il semble de toute façon essentiel qu'un quelconque format physique reste "valide", quel qu'il soit. Je doute que le format physique dans son ensemble soit aussi proche de l'oubli que la date de péremption du CD ne pourrait le laisser entendre. Certes nous écoutons la musique différemment aujourd'hui, de façon plus compulsive, avec moins d'attention et une plus grande impatience, mais les véritables amateurs de musique, ceux qui, une fois l'étape des kidz-qui-s'envoient-des-tubes dépassée, achètent la musique qu'ils aiment, ceux-là auront toujours (le mot est relatif à une génération ou deux, bien entendu) besoin d'un support, d'une preuve d'achat, d'un objet prouvant que l'on n'a pas acheté du vent. Tandis que le CD vivotait encore tant bien que mal ces dernières années, c'est le vinyle qui a rempli ce rôle, et c'est bien naturel.



Quitte à conserver un support physique pour mélomanes, le vinyle à l'image séduisante, vintage (et donc parfaitement à la mode) et au cachet "authentique" était tout désigné. Les musiciens (indépendants) eux-mêmes souvent mélomanes l'ont adopté pour transmettre (vendre) plus efficacement leur musique à un public-type (les hipsters comme vous et moi) qui ne pouvait qu'être séduit.

Que va-t-il se passer ? Si le CD disparait en effet dans quelques mois ou quelques années, le vinyle lui survivra-t-il comme alternative au digital ? La prochaine génération ressuscitera-t-elle le CD comme nous l'avons fait pour le vinyle ? Verrons-nous de notre vivant une digitalisation intégrale de la musique ? Êtes-vous attristés par la disparition du CD ? Êtes-vous opposés au tout digital ? Sommes-nous de sales cons réactionnaires, de fins esthètes opposés à l'immatériel ou des futuristes accomplis ?

Autant de questions qui n'attendent que votre réponse. Participez au sondage et exprimez-vous dans les commentaires.


Joe Gonzalez

41 commentaires:

  1. "Vous imaginez un groupe vendre des clés USB ou des codes de téléchargement après un show ?"

    > À mon avis c'est déjà arrivé… Et à vrai dire, si les clés USB en question ne sont pas de simples clés "de base" anonymes, et contiennent la musique en bonne qualité sans dispositif anti-copie, je ne suis pas contre ! La pomme USB des Beatles, le collier-cœur USB de The Black Heart Procession, la pièce de Ouija USB de The Mars Volta ou le "totem" de Matthew Dear avec un code de téléchargement ont tous plus de charme qu'un CD...

    Mais je doute que tous les albums aient droit à de tels packagings originaux et réussis. on va sans doute vers une dématérialisation générale que je vois plutôt d'un mauvais œil ; n'oublions pas que le CD présente la meilleure qualité sonore (FLAC et autres formats sans compression mis à part), est un vrai objet même s'il est moins beau et a moins de charme qu'un vinyle, a un prix en général comparable à celui de l'album en mp3 et permet d'écouter 80 minutes de musique sur autant de machines qu'on le veut et sans interruption. Ça reste le meilleur rapport qualité-prix dans la majorité des cas, c'est le format dans lequel j'ai la grande majorité de mes albums, sa disparition me paraîtrait prématurée et surtout très regrettable...

    Et puis je me trompe peut-être, mais si le format mp3 devient le seul disponible, sans format CD pour lui faire concurrence, iTunes, Amazon & co ne vont pas se gêner pour rajouter des DRM dessus... Je boycottais déjà les CD "copy controlled" et je me vois mal payer pour des fichiers "jetables" que je ne pourrai pas transférer sur une autre machine.

    RépondreSupprimer
  2. des magasins anglais (et US?) proposent d'y acheter directement sur clé usb, on vient avec sa clé.

    l'avantage du mp3, il est indéniable,
    MAIS, comme lamuya le rappelle, il a aussi un grave problème, la compression, donc la déperdition considérable,
    je n'ai de cesse de rappeler depuis des années que pour la 1e fois un progrès technique (dans la musique) passait par une perte importante de qualité.
    Quand on se souvient des années 80 où on ne jurait que par la hi-fi, et où on montrait aux amis la dernière paire d'enceintes qu'on venait d'acheter, ça fait tâche.

    RépondreSupprimer
  3. Et rappelle-toi du SUPER AUDIO CD ! Bon OK, là ça faisait geek et on se moquait de toi. J'en ai un d'ailleurs, la réédition SACD du Dark Side of the Moon de Pink Floyd.

    Lamuya > Peux-tu définir "DRM" ?
    Je ne suis pas convaincu personellement par les goodies USB mais à la limite c'est mieux que rien. La vraie question que vous poser bien tous les deux c'est qu'en dehors du manque de support physique, il y a le problème de la perte de qualité sonore. Pour que le CD disparaisse, il faudrait que le mp3 ne soit plus le format principal du monde digital et que le FLAC (ou autre format non compressé) le remplace dans toutes les ventes, avec de préférence une hausse de la capacité minimum de stockage des périphériques UBS, histoire de ne pas avoir à se limiter à trois albums (le FLAC est un format encore trop volumineux...).

    RépondreSupprimer
  4. l'iTunes Store propose déjà de prendre les titres en Apple Lossless, et sans DRM. Ca me semble peu probable qu'on revienne aux DRM (Amazon vend sans DRM, iTunes l'abandonne).
    Le CD était utile pour sa qualité et sa taille, mais clair que les mémoires flash défoncent ces données (on peut avoir du lossless sur une clé 1Go sur une carte pas plus grande qu'un pouce. Du coup je ne trouve pas ça scandaleux que les groupes vendent une clé, quitte à faire un packaging dans lequel la mettre (quelle différence avec le CD?).
    Bref je trouve que l'évolution de la commercialisation de la musique est interessante, d'un coté un accès rapide et quasi illimité à un catalogue avec la dématérialisation, de l'autre des packaging, des éditions limitées qui proposent vinyle, code de telechargement, artworks, et autres jouets, pour les vrais fans. Ca me semble une vraie bonne idée.

    RépondreSupprimer
  5. C'était inéluctable... C'est un peu tristos quand même cette dématérialisation à tout va. Et puis vous avez intérèt à tout backuper, si vos disques durs crâment, c'est comme un incendie dans le studio.
    Quant à la qualité, c'est spur que le MP3 est un format merdique, mais honnêtement, qui s'en souci ? A part les ingés sons et les grands maniaques de la qualité sonore, tout le monde écoute des mp3 sur son Ipod, et tout va très bien... A vrai dire, le CD est un super qui n'a jamais eu aucun charme. Et puis pour faire des compiles, c'est la cassette qui était la reine... Enfin ça me fera bizarre, mais on ne peut pas reculer, et quitte à revenir sur du physique, je pense que les vinyls ont encore quelques beaux jours devant eux chez les élitistes, les hipsters, les geeks et ceux que le gavage n'intéresse pas.
    Faut quand même aussi admettre que grâce au MP3 ont resurgit tout un pan de le musique qui n'était plus disponible faute de réédition, et qu'on est bien content de la trouver. Maintenant, autant j'aime toujours acheter un CD parce que c'est un support physique, avec une pochette, des photos, des notes, des paroles, autant je ne sais pas si l'achat de MP3 sera super viable à long-terme. Parce qu'un MP3, ça craint quand même un peu, et que c'est exactment la même chose que ce que tu peux pirater.
    La seule chose vraiment positive, c'est que cette fois on ne pourra plus faire le coup du "on change de format, faut racheter toute votre musique". Enfin je ne crois pas... Hein ?

    RépondreSupprimer
  6. Joe : DRM = Digital Rights Management, ce qui regroupe en fait pas mal de choses mais le terme est surtout utilisé pour désigner les dispositifs anti-copie inclus sur certains fichiers (musique, jeux…) ou supports (DVD…).

    (Sinon j'ai aussi la version SACD de Dark Side of the Moon : D)



    Vincent : "Ca me semble peu probable qu'on revienne aux DRM (Amazon vend sans DRM, iTunes l'abandonne)."
    > Tant qu'on pourra pirater aisément, les DRM seront un frein à l'achat... tant qu'on pourra pirater aisément. Pas sûr qu'on puisse tout contourner éternellement.

    "Bref je trouve que l'évolution de la commercialisation de la musique est interessante, d'un coté un accès rapide et quasi illimité à un catalogue avec la dématérialisation, de l'autre des packaging, des éditions limitées qui proposent vinyle, code de telechargement, artworks, et autres jouets, pour les vrais fans. Ca me semble une vraie bonne idée."
    > Pour être honnête, cette idée ne me déplaît pas totalement non plus ! Genre 5 euros pour un album en 320 kbps sans DRM ou bien plus cher pour une édition physique spéciale qui serait classe, je dirais OK... Il m'est d'ailleurs arrivé d'en acheter sur ce modèle-là, sur Bandcamp. J'aime bien Bandcamp.
    Mais les livrets et le fait d'avoir une copie physique me manqueront quand même.



    D.E.L. : D'accord avec toi de A à Z !

    "La seule chose vraiment positive, c'est que cette fois on ne pourra plus faire le coup du "on change de format, faut racheter toute votre musique". Enfin je ne crois pas... Hein ?"
    > Ah ça, je vois d'ici le moment où on aura à convertir en masse des dizaines ou des centaines de giga-octets de mp3 en un autre format pour pouvoir continuer à les écouter, la perte de qualité dûe à la conversion qui s'ensuivra, les erreurs et fichiers qui ne se convertiront pas correctement... : D



    En passant, j'avais aussi lu quelque part (il y a longtemps) que le vinyle allait disparaître faute de matière première… à vérifier.

    RépondreSupprimer
  7. Non mais je veux dire, y'a déjà pas de DRM sur les mp3 d'amazon et itunes. Donc ça m'etonnerait qu'ils reviennent en arrière.

    Et oui, c'est quasi sur qu'à un moment, un autre standard (lossless?) s'imposera à la place du MP3, parce qu'un constructeur assez influent l'imposera (apple?) et là faudra tout reconvertir... ou tout racheter. Sauf si bien entendu, ta musique sera dans le service iTunes match qui aura retenu quelle musique tu as sur ton ordi!

    RépondreSupprimer
  8. Vincent > Belle intervention.

    D.E.L. > Concernant la fin de ton commz, je ne suis pas certain que ça soit si simple. A mon avis, le format CD disparaissant, les CD's gravés vont aussi décliner, et je voibien, à terme, se développer en majorité des ordinateurs munis essentiellement de ports USB, sans lecteur CD ou DVD.

    Si dans le même temps, les platines CDs périclitent par manque de demande, il ne manquerait plus qu'un changement de format vidéo (DVD et Blu-Ray out, nouveau format in) et on n'aurait plus aucun moyen de lire nos CDs une fois nos platines mortes. Evidemment c'est un peu de la science fiction, mais il ne tient pas à grand chose que ça arrive.

    RépondreSupprimer
  9. Joe : Ça arrivera sans aucun doute, la seule question est de savoir quand...

    RépondreSupprimer
  10. Joseph "Money For Nothing" Karloff4 novembre 2011 à 15:57

    Je ne crois pas au tout-dématérialisé général annoncé, c'est une grosse blague. Même les plus gros bourrins de l'industrie musicale proposeront toujours des éditions cd, vinyles, clés USB ou que sais-je. C'est un marché, un marché de niche certes, mais un marché quand même, et une industrie ne crache pas sur un marché, même s'il ne représente que 25% des bénéfices totaux.

    RépondreSupprimer
  11. Je pense comme toi, Joseph. Quand j'imagine un monde musical "tout digital" les images qui se forment dans ma tête ressemblent surtout à des décors de Star Trek, càd un monde sans économie où tout est gratuit et disponible à l'envi sur une gigantesque base de données mondiale. On n'en est pas là, donc.

    RépondreSupprimer
  12. Le problème de la dématérialisation à outrance, c'est que tout ne devient qu'une question de quantité. Franchement, ils vont foutre quoi dans leurs clefs USB de 1 GO ? Le CD a déjà provoqué une surrenchère avec des albums trop longs, du remplissage à gogo, alors que bon nombre de grands albums font à peine 40-45 minutes (je le sais, je pouvais les foutre sur une face de K7). ALors quoi, on va trouver un format hyper lourd à qualité optimale, mais ce sera impossible à stocker en nombre sur le DD, soit on va continuer le gavage à coup de milliards de MP3 que personne n'a le temps et encore moins le désir d'écouter ? On n'a qu'une vie, et elle est courte, et même pour des geeks musicaux, il y a un moment où le trop plein déborde, où ça revient à faire de stockage de choses qu'on écoutera peut-être jamais ou qu'une seule fois. Il est où le temps pour lier une relation avec tel ou tel album, telle ou telle chanson ? C'est pour ça que je ne suis pas "in the loop" comme on dit. J'ai une cinquantaine de CD non écoutés dans mon armoire (nombre ridiculement élevé pour certains, mais finalement infîmes par rapport à d'autres je suis sûr, notemment ceux qui téléchargent), et j'ai déjà l'impression de faire tourner les albums juste pour faire diminuer le stock parfois, ce qui est absurde. Faut freîner parfois, prendre son temps, et la dématérialisation nous entraîne vers le contraire un peu, plus qu'une perte de la relation à l'objet, mais une perte de la relation à la musique elle-même.
    Pour faire une analogie crasse, on est passé des bas nylons et lingerie fine (le vinyle), aux collants et au dims-up (CD) pour se finir sur Youporn (téléchargement sur AppleStore). Elle est pas belle la vie ?

    RépondreSupprimer
  13. Faire la démarche d'aller dans un magasin (un magasin, pas la Fnac), faire défiler les disques dans les bacs, discuter avec le vendeur, repartir avec quelque chose que l'on avait pas prévu, le placer sur la platine, découvrir (sans avoir écouter un mp3 dégueu avant) des chansons, être agréablement surpris, ranger le disque, le redécouvrir 2 mois plus tard... C'est quand même autre chose que cliquer sur un lien megaupload.

    Le problème n'est pas la mort du CD. La question est de savoir si il y a encore assez de gens qui en ont quelque chose a foutre de la musique.

    RépondreSupprimer
  14. moi quand j'achète un cd avec un code internet ou ce genre de trucs, j'encule le code

    RépondreSupprimer
  15. Quelle est la différence entre cette démarche, et celle de : aller sur un forum, discuter de musique avec des passionnés, qu'un d'entre eux te conseille tel ou tel morceau, que tu le chopes sur internet, que tu l'écoutes, et que t'y reviennes 2 mois plus tard? Il me semble pas qu'en faisant ça tu passes pour quelqu'un qui s'en fout de la musique. On parle de dématérialisation, mais au final, seul le packaging change: d'un vinyle qu'on pose sur une platine et en activant le bras, d'un cd qu'on met dans son lecteur et qu'on appuie sur play, d'un MP3 qu'on va chercher avec notre souris et sur lequel on va double-cliquer. Après, chacun à ses habitudes, veut ou pas essayer les nouvelles pratiques, l'aimer ou ne pas l'aimer etc... Je me vois pas conduire une voiture automatique, parce que j'aime le contrôle que j'ai avec mon levier de vitesse, même si la première est plus pratique.

    RépondreSupprimer
  16. Super article, ça n'a pas été dit et je tiens à le dire.

    Qui suscite en prime de fameux commentaires, très intéressants.

    La phrase de D.E.L. : "Parce qu'un MP3, ça craint quand même un peu, et que c'est exactment la même chose que ce que tu peux pirater", me paraît très juste. A quel moment on va aller payer pour se faire mettre sur clé USB des mp3 qu'on peut télécharger gratos ? On ne paye que pour un objet matériel et ce qu'il propose EN PLUS, pas pour la matière première qu'on peut avoir ici ou là gratuitement, de même qu'on achète un dvd pour l'objet matériel (livret, boîte, mais aussi bonus), et pas juste pour voir le film qu'on peut choper sur internet en dix minutes, ça me paraît évident. Donc vendre juste des mp3 c'est pas viable. A moins de vendre des boîtes ridicules avec à l'intérieur une clé USB merdique... Vous me direz qu'acheter une boîte avec une clé USB c'est pas plus laid qu'acheter une boîte avec un CD moche à l'intérieur, sauf qu'il me semble (mais c'est peut-être très personnel) que le cd représentait la musique elle-même ! avant l'avènement des cds gravables en tout cas, qui ont banalisé l'objet et l'ont fait apparaître aux yeux des gens pour ce qu'il est, un truc vierge rempli de données, et aussitôt les gens ont un peu arrêté d'acheter des cds (moi en tout cas), parce qu'ils avaient le sentiment de payer 20 euros un cd vierge rempli par un connard qu'ils auraient pu réaliser aussi bien en téléchargeant la zique et en la copiant eux-mêmes. Dès qu'on regarde ce qu'on achète comme un truc vierge rempli de données disponibles ailleurs gratuitement, et donc comme un truc vierge qu'on pourrait nous-mêmes remplir de ces mêmes données, bah ça nous paraît être une grosse enculade (et ça en est une dans un sens !). Du coup acheter une clé usb ça donne l'impression d'acheter un cd vierge rempli par un autre comme on aurait pu le faire nous-mêmes. Ce que je dis n'est pas très clair et j'en ai rien à battre. En plus ce que je déblatère est même un peu faux parce que je continue d'acheter des DVDs alors que le dvd vierge existe et que je pourrais en graver. (On peut pas fabriquer soi-même un vinyle, c'est ptet pour ça que ça perdure tant ! Parenthèse fermée). Du coup ce qu'on achète c'est la boîte, le livret, les bonus, et puis la qualité d'image et de son. Donc, et j'arrive au bout de mon idée qui s'est développée sous vos yeux et sous mes doigts fuselés, des mp3 de qualité merdique sur des clé USB moches ça ne marchera jamais, encore moins si faut aller au magasin avec sa propre clé, car alors autant aller sur mégaupload. Ca ne marchera que s'ils vendent la clé dans une boîte jolie avec un livret et une qualité de format supérieure, et du coup ce sera juste un échange standard entre deux trucs vierges puis remplis (remballe ta saucisse lentille Vincent ! Je ne parle pas de meufs), le cd matériel moche étant simplement remplacé par la clé matérielle moche, pour un bouleversement vers l'identique... (?)

    RépondreSupprimer
  17. Cet article fait le BUZZ dans mon cervelet !

    RépondreSupprimer
  18. Même l'achat de mp3 c'est complètement ringard (moi je ne connais aucun client de ces boutiques, et il faut voir le désastre qu'est la "carte musique jeunes"...), les jeunes générations téléchargent gratuitement ou écoutent de la musique en streaming.
    Et l’échec des politiques d'interdiction du piratage me fait penser que l'on n'est pas près de les convaincre de payer pour du dématérialisé.

    Je vois plutôt l'industrie musicale continuer à se dégonfler sérieusement dans les années à venir et survivre grâce aux rentes des services de streaming, aux concerts, etc...

    Les amateurs de musique continueront à acheter du physique (au passage, la part du vinyle aujourd'hui reste tout à fait ridicule par rapport au reste) et des labels continueront à le leur proposer.

    RépondreSupprimer
  19. Ben je vais sur ces boutiques, et j'ai pris la carte musique jeunes. Je n'ai pas de place pour mes CDs chez moi, toute façon ce n'est qu'un format comme un autre - plus pratique à mon sens - , et c'est parce que je considère que les trucs que j'achète, après avoir écouté en streaming (Spotify) généralement pour savoir quelle version je préfère (j'ai acheté des opéras comme ça notamment).
    Je n'ai pas téléchargé de musique illégalement depuis un fameux bail (ou alors un ou deux titres quoi, c'est con, le genre de truc où l'hadopi te chope... ah non, c'est en téléchargement direct).
    L'écoute en streaming est quelque chose de vraiment interessant, je trouve. Elle est légale, elle permet d'avoir un lien quasi direct entre l'artiste et le public.
    Evidemment, il y aura toujours des gens pour préférer le support "d'avant", sans aucune connotation négative, comme ceux qui préfèrent rester au format livre plutôt que de passer aux ebooks, quand bien même ceux-ci seraient ultra-performants. C'est pas pour autant que préférer l'achat de MP3 est "ringard". Il entre dans une démarche différente.

    RépondreSupprimer
  20. @Vincent : Le problème de l'internet et la dématérialisation, c'est qu'on a accès à tout tout de suite, c'est à dire trop, c'est à dire rien. Bien sur que je télécharge, j'écoute de la musique sur spotify, j'ai un iPod que j'écoute dans les transports etc... Mais, j'ai beau téléchargé des classements, des conseils de forums, je n'ai pas l'adrénaline que donne l'écoute d'un disque ou même d'un CD dont l'achat n'était pas prémédité.

    Et puis quoi, hier, je me suis posé la galette du Köln concert de Keith Jarrett, que je voulais mettre en musique de fond pour bosser. Résultat, je n'ai pas bosser, mais j'ai écouter les quatre faces avec la plus grande attention. Il y a cette idée d'ensemble avec le disque, voir l'objet tournée, ne pas comprendre comment le son sort des sillons pour aller dans un diamant puis une cellule [...] et enfin des enceintes, c'est fabuleux. La magie de l'analogique.

    Et puis, on s'oblige à écouter ce qu'on achète, on ne le juge pas sur 10 secondes ou une simple écoute. Même si c'est au bout de quelques mois ou années...

    @Wonder Wombat : La part du vinyle est certes infime, mais en croissance. Il y avait un reportage sur Arte hier sur le vinyle justement.

    RépondreSupprimer
  21. Thomas, c'est le cas pour toi, ce n'est pas le cas pour moi! J'ai eu cette période où je prenais des classements, des conseils sans arrêts, téléchargeait 3 albums par jour. J'en suis revenu, pas parce que je n'aime plus la musique, mais disons qu'elle occupait moins de temps dans ma vie. Maintenant je me concentre sur la musique elle-même. J'écoute ce que j'aime, je peux y prêter une grande attention, mais elle est sous cette forme "dématérialisée" (matérialisée différemment disons). Pour tout dire, j'ai du écouter 5/6 albums en 2011, pas beaucoup plus.
    L'adrénaline je la prends quand, en passant une radio spotify par exemple, ou en écoutant simplement un album qu'on m'a conseillé, un son va me marquer, me filer l'frisson.
    Pour toi tu lies l'expérience musicale à un rituel, et ça je crois que ça existera toujours pour les gens qui adorent la musique, pour qui c'est une immense passion. Le rituel du vinyl est sympa je l'avoue, mais disons que je n'ai pas forcément de temps à lui consacrer, alors celui du CD beaucoup moins. Je sais que ça n'a rien de magique l'analogique :p, mais je pense que même pour les passionnés, de le savoir ça ne change rien à l'expérience.
    Mon expérience musicale est autre, comme je dis, mon écoute se limite au double-clic sur un mp3. Ca ne change rien à la musique, ça change l'expérience. Un bon album vinyle restera bon en mp3. Ah et puis, vous trouvez pas ça magique de double cliquer mécanique sur un machin qu'on appelle souris ça puisse sortir du son de vos enceintes? Mes petits composants vont être tristes de ça... Ils sont capables de faire la même chose, et on ne leur voue pas le même culte :(

    RépondreSupprimer
  22. Apparemment, d'après l'article source, seules les majors abandonneraient le support CD d'ici fin 2012, en continuant toutefois de proposer des nouvelles sorties en éditions deluxe.

    Je trouve la nuance importante puisque la majorité des nouveaux artistes intéressants sont signés chez des labels indépendants.

    L'abandon du CD par les majors veut donc dire une chose : les prix démesurément bas sur les classiques du back catalogue vont continuer à baisser, et ça va être le moment de compléter sa discothèque ! : )

    Duck.

    RépondreSupprimer
  23. "Le problème de la dématérialisation à outrance, c'est que tout ne devient qu'une question de quantité. Franchement, ils vont foutre quoi dans leurs clefs USB de 1 GO ? Le CD a déjà provoqué une surrenchère avec des albums trop longs, du remplissage à gogo, alors que bon nombre de grands albums font à peine 40-45 minutes (je le sais, je pouvais les foutre sur une face de K7)."

    > Terre Thaemlitz (encore lui !) est justement exactement en train de réagir à ça avec son projet Soullessness : http://www.comatonse.com/writings/2011_soulnessless.html

    "[…] With over 30 hours of new audio materials, over an hour of video, and a book's worth of writings spanning an 8GB MicroSD card, Soulnessless pushes the boundaries of the album format in today's post-CD era, where MP3 playback time is only limited by FAT 32 <4GB file requirements (a single composition can be up to 29 hours and 40 minutes at 320kB/s). It is without exaggeration an album of unprecedented scale, by which Thaemlitz calls into question marketplace demands for more and more "digital exclusive" materials as a form of labor exploitation that has been ever escalating since the CD replaced vinyl records (twice the playing time, yet producers receive the same or lower advances and royalties). Ironically, despite Soulnessless' completely digital format (MP3 audio/PDF text/MOV video), at 8GB the amount of data involved makes it impractical for download. This is both an attempt to explore the unprecedented recording lengths offered by the MP3 format (a feature which goes largely unrecognized as a result of it's near exclusive use as a format for quick downloads), as well as an act of resistance to online distributorships[…]"

    Après, est-ce que c'est pertinent..? L'ami Terre a un peu trop tendance à tout intellectualiser à outrance et à inclure trente-six concepts (en plus de ceux sur l'identité et la sexualité) dans tous ses trucs j'ai l'impression…

    (En passant, s'il arrive à sortir ça en 2011, à moins d'une surprise il battra les Flaming Lips pour le titre de la piste la plus longue enregistrée cette année. Ce qui est à peu près aussi ridicule que de faire des concours de bites entre Galactus et l'un ou l'autre dieu géant d'une mythologie quelconque mais bon !)



    Rémi : "Ce que je dis n'est pas très clair et j'en ai rien à battre."

    > Si, c'est clair et je comprends tout à fait ton point de vue ! Mais quand j'achète un disque, j'ai l'impression de payer pour un objet qui représente la musique et qui soutient l'artiste (même s'il ne reçoit en vrai que des poussières de centimes) et le label — plutôt que de payer le simple remplissage d'un contenant. (Et puis un CD-R pirate gravé à la main, ça ne rend quand même pas pareil qu'un "vrai" CD…)

    RépondreSupprimer
  24. Lamu > Complètement d'accord avec toi en fait, et c'est pour ça que je continue d'acheter des dvds et que je ne me contente pas de graver des films (ce que je ne fais pas du tout d'ailleurs), parce que c'est pas "vrai", c'est pas pareil, et même si c'est que dans l'idée, bah l'idée compte, et quand j'ai un dvd je l'ai vraiment, avec une boîte et compagnie, ça "représente" un film, alors qu'un fichier .avi ne représente rien même si c'est putain de pratique.

    RépondreSupprimer
  25. frnchement vous arrivez à faire la différence entre le son d'un bon mp3 et celui d'un cd ou vinyle ?

    RépondreSupprimer
  26. c quoi "back catalogue"?! pwaaaaaaaaaaaa!!!!!

    RépondreSupprimer
  27. on s'oblige à écouter ce qu'on achète, on ne le juge pas sur 10 secondes ou une simple écoute

    lol

    perso je m'oblige jamais à acheter quoi que ce soit à l'aveugle, j'écoute toujours des extraits avant pour juger en 10s!!XD

    RépondreSupprimer
  28. Je ne sait pas qui est ce Terre, mais ce que je lis la est proprement ridicule.:) La conceptualisation à outrance est une autre façon de faire du marketing, sous couvert d"'art". L'attention est déjà difficile à soutenir au-delà de 50 minutes sur un album, comme au delà de 1h45-50 au cinéma, et il faut être très bon pour y arriver sans trop de déchets. Sérieusement, là on tombe dans la branlette totale. Un peu d'humilité quoi, d'autant qu'il ets plus facile de sortir un concept fumeux et du contenu inutile à gogo, plutôt que de sortir un album vraiment génial sur 40 minutes.

    RépondreSupprimer
  29. Bientôt tu vas voir que quelqu'un va nous sortir un album avec une application pour Iphone pour chaque chanson, ou une connerie du genre...;)

    RépondreSupprimer
  30. Ahah !

    Terre Thaemlitz est un musicien house mieux connu sous le nom DJ Sprinkles. J'aime beaucoup son intellectualisation de la musique mais je rejoins DEL sur le projet de 29h, là, c'est un peu con. Au moins les Flaming Lips ne conceptualisent-ils pas leurs sorties de cette année. La piste de 6 heures est une sorte d'expérience, ça n'est pas un album ou un concept, c'est un "pas chiche" lancé à l'auditeur : écoute-là en une fois si t'es cap ! trippe ta race !

    Leur morceau de 24h me mindfuckait pas mal jusqu'à ce que Thelonius H. me révèle hier soir que le morceau avait continué à streamer sur le site où il est diffusé depuis Halloween. Je pensais que le morceau ne streamerait qu'une seule fois, pendant 24h et stop. En fait, non, il continue inexorablement, et il s'écoute par petits bouts. Vous rentrez chez vous et faites lecture et pendant une heure ou deux vous allez entendre une partie de l'enregistrement (qui est moins une composition qu'une impro, je pense), et puis vous partez, et le lendemain matin vous relancez la lecture et vous entendrez un autre passage, comme si cette musique vous suivait dans votre vie, et ne s'arrêtait jamais. Je trouve ça plutôt rigolo.


    Pour revenir à ce que disait Duck, l'abandon du CD ne concerne évidemment que les majors (ce que j'ai appelé "industrie musicale") mais les labels indépendants produisant de plus en plus de vinyles en lieu et place des CDs, je pense que le phénomène ne sera pas bien diminué par ce "uniquement les majors" dans la phrase.

    RépondreSupprimer
  31. Au moins avec les Flaming Lips on est sûr qu'ils ne se prennent pas au sérieux, faut voir leurs concerts. Et puis même avant de devenir ce groupe culte au succès qu'ils sont devenus, la fierté improbable de l'Oklahoma, ils avaient fait un concert avec des klaxons de bagnoles en série ou un truc du genre. Wayne est un petit rigolo dans le fond.

    RépondreSupprimer
  32. article très intéressant et qui rejoint beaucoup de mes préoccupations actuelles
    je pense que l'on se dirige vers un marché principalement dématérialisé (spotify et autre suppôt de l'absence de désire et de passion dans la musique) et une niche en vinyles et cds (avec une progression du vinyle en tant que "valeur refuge" contre la dématérialisation)

    n'empêche: comment 10€ d'abonnement à Spotify peuvent financer l'enregistrement de musique par rapport à l'achat de trois albums par mois?

    et en ce qui me concerne, je suis 100% vinyle, j'ai d'ailleurs sorti un disque dans ce format (un groupe de garage) et je compte en faire un second bientôt, et bien sûr je ne mettrais pas les morceaux sur spotify, je le refuse

    la musique c'est du désir, et l'attente la recherche fait parti du plaisir, quand tout devient tout de suite accessible ça tue une parti du plaisir que j'ai, et je pense que la musique a besoin d'être passionnelle, d'être charnelle même... l'écoute en stream, c'est juste du "pragmatique" mais où est le plaisir, celui de se laisser aller, de prendre le temps de faire les choses...
    et puis le bonheur d'aller chez son disquaire et repartir avec des disques que l'on n'imaginait même pas? et celui de repartir avec le 45 du groupe que l'on vient de voir en concert?

    RépondreSupprimer
  33. ah oui je suis pas tout à fait 100% vinyles, j'achète aussi des cds quand je ne trouve pas les vinyles

    RépondreSupprimer
  34. pour compléter ce regard, ce reportage encore visible qq h ou j.

    http://videos.arte.tv/fr/videos/vinylmania-4234866.html

    RépondreSupprimer
  35. tiens je viens d'en parler sur un forum, documentaire sympathique mais un peu décousu et inachevé
    il aurait gagné à concentrer son sujet sur certains aspects au lieu de vouloir en aborder plein quitte à ne pas vraiment trouver de fil conducteur

    RépondreSupprimer
  36. Voulez-vous danser7 novembre 2011 à 08:33

    Sur le futur de la musique dématérialisée, je ne crois pas que l'industrie de la musique profite du "progrès technique" pour diffuser son catalogue en lossless ou dans tout autre format de qualité supérieure au mp3. Les disques durs et les mémoires flash ont certes gagné en capacité avec les années, mais avec l'avènement du "cloud computing" et du streaming, il est impératif que les fichiers demeurent de petite taille afin de ne pas encombrer les internets et de permettre une lecture fluide du dernier album de Lady Gaga sur iPhone avec Spotify dans le métro (avec un casque à 129 euros, cela va de soi).

    RépondreSupprimer
  37. C&#39;est Entendu7 novembre 2011 à 10:21

    En tout cas les résultats provisoires du sondage sont sans équivoque : aucun d'entre vous n'accueille la mort du format CD les bras ouverts. Au mieux trouvez-vous que c'est l'ordre naturel des choses.

    RépondreSupprimer
  38. Cet article e remplit d'effroi et me fait perdre toute bonne humeur pour les années à venir...

    Quelle affreuse nouvelle. J'espère sincérement que cela ne se concrétisera pas. Ou serait alors le contentement de payer (le prix cher, en plus) pour de beaux objets, que l'on expose fiérement sur une étagère, à la vue de tous et surtout de la sienne ? Ou serait le contentement de tenir dans nos mains le livret imprimé rempli d'images et de textes, en se surprenant à rêvasser devant ce kaléidoscope coloré qu'est le livret, tout en fredonnant l'air du disque qui sonne à nos oreilles, le tout avec le sourire content du mélomane heureux ? On se retrouverais avec une connasse de clé trop moche (Oui, le ton change radicalement, le moment nostalgie est passé, place au moment gros mécontentent) qu'on payerait la peau du fion, tout ça pour dix pauvres pistes en MP3 trouvables en 4s. sur Internet et gratuitement. À part une explosion exponentielle du téléchargement illégal, je vois pas à quoi ça les avancerais. Bordel, mais ça me répugne quand les gens ont des idées de merde comme ça. Je vais rester sur une note optimiste avec le commentaire de Rémi :"Ca ne marchera que s'ils vendent la clé dans une boîte jolie avec un livret et une qualité de format supérieure". Si ça se passe comme ça, ce sera toujours ça de pris. Sinon, je connais quelques mecs qui vont se prendre leur foutus clé usb dans le fion. À commencer par le mec qui a cette glorieuse idée.

    Gondebaud.

    RépondreSupprimer
  39. Ça se précise : http://www.side-line.com/news_comments.php?id=46980_0_2_0_C

    Argh...

    RépondreSupprimer
  40. C'est l'article qui est cité (lien inséré) dans le premier mot de l'article :D

    RépondreSupprimer
  41. Mais quel abruti je fais ! Désolé x)
    C'est juste qu'un mec l'as posté sur le forum français de rym, je pensais donc que c'était tous frais, j'ai pas vérifié.

    Je l'avais pas lu, en plus, quand j'ai découvert ton article, puisque je suis fortement anglophobe :D

    Donc, voila, désolé de ce commentaire inutile.

    RépondreSupprimer