C'est entendu.

lundi 28 juin 2010

[Réveille Matin] Elton John - Rocket Man (I think it's gonna be a long long time)

Bonjour à tous ! Pour vous faire décoller ce matin, je me suis dit qu'il serait bon de réhabiliter auprès de ceux d'entre vous qui verraient encore en lui une grande folle sirupeuse pour mamans l'un de ces types qui, à son échelle, a tout de même fait bouger les mœurs, j'ai nommé Elton.

Avouez, avant l'arrivée de ce type à la fin des années 60, PERSONNE ne trouvait la moindre once de glamour chez le "petit gars rondelet, pas très gracieux, efféminé et limite chauve." En se grimant toujours plus follement, ce pianiste a changé tout ça et a redonné à la ballade romantique sa place dans les charts populaires. Certes, en 1972, le glam était en plein boom en Angleterre (avec Bowie, Roxy Music, T Rex et consorts) mais l'on ne pense jamais à y associer de façon directe un homme qui, pourtant, ne sacrifiait pas, lui, à une mode de la baise sans souci avec individu du même sexe, non, Elton était homosexuel et sa musique contribua à faire sortir du placard autre chose que les pantalons slim bien repassés de Brian Eno.

Il y en a eu des tubes d'Elton John au fil de sa carrière, toujours au piano, parfois accompagné (souvenez-vous de George Michael et de Simba) et toujours écrits par son acolyte Bernie Taupin, mais c'est aux alentours de 1972 que sa carrière fut la plus intéressante, avec coup sur coup les albums "Madman Across the Water" (et le single Tiny Dancer) et "Honky Chateau" dont l'un des coups de maitre fut Rocket Man, une sorte d'écho au Space Oddity de David Bowie, sorti trois ans plus tôt.

Elton EST l'homme roquette.

Dans le texte de Taupin, le thème est plus ou moins le même : un astronaute s'envole et se sent loin de tout, là-haut. Sauf qu'en 1972, la conquête spatiale n'était plus affaire de héros modernes ou de science fiction. L'Homme avait marché sur la Lune, affaire conclue, et le personnage interprété par Elton, beaucoup plus terre à terre et réaliste ("She packed my bags last night" / "And all this science I don't understand") est beaucoup moins inspiré par des romans futuristes et ne semble être là que pour désacraliser un statut social passé de mode, en laissant au passage le soin à Taupin de glisser une ou deux allusions à l'homosexualité ("I'm not the man they think I am at home").




Maintenant, oubliez deux secondes qu'Elton a vieilli et enregistré plein de disques mous du genou et laissez-vous séduire par les chœurs astraux sur le refrain.


Joe Gonzalez



P.S. : Avec l'arrivée du mois de Juillet, nos "vacances" touchent à leur fin et le rythme va reprendre, alors REVEILLEZ-VOUS et préparez-vous à des nouveautés en tout genre, du sérieux, du moins sérieux et surtout PLEIN de musique.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire