C'est entendu.

vendredi 24 avril 2009

[45 Tours] Elvis Costello - Pump it up (1978)

Bien avant Susan Boyle et ses sourcils amazoniens, longtemps avant Thom Yorke et son œil bionique, il y avait Elvis Costello. Version anglaise du rocker disgracieux planqué derrière une gigantesque paire de lunette, comme Buddy Holly ou Roy Orbison en leur temps, Elvis est l'homme qui, en pleine explosion punk, assume pleinement l'influence du rock'n roll originel des années cinquante : américain, blanc, binaire, sexuel. Alors que les piliers du phénomène punk (les Pistols en tête) s'obstinent à vouloir faire table rase du passé, tout en jouant, très paradoxalement, un rock'n roll survitaminé, et rien de plus, Costello revendique ce passé, et en profite pour en faire, lui, quelque chose de neuf, devenant ainsi l'un des pionniers de la New Wave.
Sur la pochette de son second album, This Year's Model, Costello pose en photographe de mode, prenant un cliché de l'acheteur du disque (c'est vous, ça), et son physique ne l'empêchera pas, avec le succès de ce disque, de devenir une des plus grandes pop stars anglaises des années 80.
Le voici donc dans le clip de Pump it Up (double sens notoire donnant à peu près : "montez le volume / branlez-vous"), son single le plus sexy, avec une ligne de basse/batterie propice au pogo, vous ne trouvez-pas ?


3 commentaires:

  1. Dans le clip on dirait Harold Ramis dans Ghosthbusters !

    RépondreSupprimer
  2. "C'est mouah le maître des clés !"

    RépondreSupprimer
  3. Costello il fait une apparition dans Talladega Nights !

    RépondreSupprimer