C'est entendu.

dimanche 8 mars 2009

[45 Tours] Van Morrison - Cyprus Avenue (1968)

Je continue sur ma lancée, histoire d'essayer d'aller au bout de ce top 5 chansons.

Astral Weeks, second album de Van Morrison, est probablement l'une des plus belles choses que la musique ait jamais produites.
Ce disque fait partie du haut de mon panier, sans l'ombre d'un doute. Tout y est pour me choper: folk jazzy simple et efficace, arrangements sublimes mais discrets, voix soul, et des paroles belles, poétiques mais tordues, sortant de l'esprit d'un personnage tordu.

Choisir parmi les chansons d'Astral Weeks n'est pas facile, et la chanson-titre et Ballerina auraient clairement leur place dans mon top 5, mais il faut bien choisir, et ce sera donc Cyprus Avenue.

Van se met dans la peau d'un homme d'âge mur, garé devant la résidence d'une très jeune fille, et qui se morfond sur son sort et ses sentiments. C'est creepy, c'est borderline, c'est tordu, et cet homme est pourtant plus touchant que n'importe lequel des amoureux éconduits habituels. Cet homme-là semble réel, et il inspire d'autres sentiments que la simple sympathie.

C'est l'une des chansons les plus fortes et les plus tristes que j'ai jamais entendues.

Ecoutez-là ici.

(Oui, les clips en 1968, ça ne courrait pas les rues)

3 commentaires:

  1. Super album. Sacré Van. Il faut revoir "L'échange", avec Meg Ryan et Russell Crowe. La version commentée par Taylor Hackford plutôt. A la fin, tandis que l'hélico perso de Taylor Hackford tourne autour de la Sainte Vierge, plantée sur un pic rocailleux au beau milieu de Néo-Mexico, on entend "I'll be your lover, too", de Van Morrison. Et dans ce passionnant commentaire audio de Taylor Hackford, qui raconte notamment comment il a convaincu David Morse de réellement se faire enlever par des Farcs pour mieux comprendre son rôle d'otage, comment il a dû payer une chère rançon pour récupérer son acteur fétiche et comment ce petit encart dans le budget prévisionnel du film l'a forcé à boucler sa scène d'action finale avec des ficelles et des effets de pyrotechnies miniatures, dans ce sublime commentaire audio donc, d'un réalisateur qui a manifestement des regrets, Taylor nous dit que Van Morrison est son chanteur préféré.

    RépondreSupprimer
  2. ah, c'est bizarre, mais le morceau titre me touche plus que celui là. MAIS BON HEIN, tout astral weeks est super, donc c'est normal. en plus c'est moi qui te l'ai fais découvrir. tu l'aurais découvert de toute façon. mais j'ai accéléré le processus. je suis INDISPENSABLE.

    RépondreSupprimer
  3. Pas faux, bien vu, joli coup !

    RépondreSupprimer