C'est entendu.

lundi 4 janvier 2010

[Quitte ou Double] Choisissez votre camp ! ou "Que reste-t-il de la grande bagarre du Gaze ?"

Ce dont je vais vous parler aujourd'hui, à moins d'avoir passé 2009 la perruque enfouie dans le sable, vous savez de quoi il s'agit. Ces trois courants musicaux doivent à eux seuls représenter un bon quart de ce qui s'est passé d'intéressant l'année dernière et nous n'avons pas manqué de vous en parler à mesure que cela nous tombait dessus. Laissez moi donc vous dresser un portrait plus complet de cette hydre à trois visages que l'on risque fort de recroiser en 2010, et ensuite vous me direz dans lequel des trois râteliers vous préférez voir servie votre tambouille.


I - Sacrifier au classicisme et rétrograder à 90, le retour fastoche au Shoegaze :

Le Shoegaze c'est une musique de branleurs qui ne savent pas jouer mais qui sont capables de produire un maximum de frissons et de sensations avec une simple pédale à effets ! Ce sont bien souvent de faux génies aux talents mélodiques vraiment admirables.

Djeepthejedi
Bref rappel : le terme shoegaze date de la fin des années 80 et est né sous la plume de journalistes musicaux anglais pour désigner le courant musical mené par des groupes tels que My Bloody Valentine, Slowdive ou encore The Jesus&Mary Chain, dont la caractéristique principale était alors de jouer une pop music simple et naïve (dérivée de la twee pop) en se servant de pédales d'effets (d'où le terme shoegaze signifiant littéralement "regarder ses pieds") afin de créer un mur de son "propre."

Depuis 2008, le genre a commencé à resurgir ça et , avant de littéralement exploser en Février 2009 avec la sortie du premier album de The Pains of Being Pure At Heart, que la hype a fait décoller au point qu'il devienne l'un des deux trois albums les plus populaires du premier semestre 2009. Très vite, d'autres disques majeurs du genre "revival shoegaze" devaient apparaitre : le très moyen "Hush" de Asobi Seksu et surtout le second album de The Horrors, "Primary Colours." Depuis lors, les suiveurs et autres disques mouligasses de shoegaze factice ont pullulé mais n'ont (heureusement) pas eu autant d'exposition, ni dans les médias, ni sur la blogosphère.





De ce "revival" on retiendra surtout sa mixité. Ce shoegaze là, joué par des jeunes gens élevés à l'Internet, est bourré de références à d'autres genres musicaux, et il n'est pas vraiment comparable à ce que pouvaient jouer My Bloody Valentine ou Ride. Moins radical, moins bruyant, les Pains of Being Pure at Heart ont beau booster le son sur leurs enregistrements, ils sont surtout les parangons d'un revival Twee inavoué (parce que c'est ringard), tout comme The Horrors ou Have a Nice Life, que l'on classe aisément dans la case du revival shoegaze, sont davantage influencés par le rock gothique du début des années 80 (Joy Division, Siouxsie and the Banshees) que par Slowdive. Quoi qu'il en soit, en accumulant des éléments pris ça et là à des courants des années 80, ces jeunes ont fait parler d'eux et ont ramené sur le devant de la scène un (nom de) genre que l'on pouvait penser voué à l'oubli.

Ecoutez Come Saturday, par The Pains of Being Pure at Heart, dans le lecteur sur votre gauche.




II - Ce qui se cache derrière ce boucan, une autopsie (?) du shitgaze :

Ce que j'aime dans le shitgaze que j'écoute, c'est que ça offre, dans les meilleurs moments, une véritable puissance, sur des suites d'accord à la con. C'est parfois aussi un cache-misère lorsque les compos sont bateaux. En fait, je dis que je n'aime pas le garage rock mais c'est faux. C'est juste que je déteste le garage rock 60's que je trouve lourdingue et chiant alors que le garage qui vient après, débarrassé des money chords et qui a appris avec le punk qu'on pouvait faire des morceaux de moins de 2 minutes, dans l'ensemble, il me plait.

Emilien
Bref rappel : le terme shitgaze date de la fin des années 00 et est né sous la plume des mecs de Psychedelic Horseshit pour désigner le courant musical mené par des groupes tels que Wavves, Times New Viking ou encore les fameux Psychedelic Horseshit, dont la caractéristique principale est de jouer un rock garage simple et con en se servant d'instruments, de pédales d'effets, d'amplis et de micros de mauvaise qualité, ceci avec les potards à fond pour que ça envoie sévère (d'où le terme shitgaze signifiant littéralement "regarder sa merde" et étant évidemment une référence humoristique au shoegaze).

Démarré (si l'on peut dire) il y a quelques années, le shitgaze est... oh et puis vous n'allez pas croire que je vais vous faire un laïus sur le shitgaze, si ? On vous a dit le plus grand bien de Times New Viking, on vous a encouragé à écouter Best Coast, et tout ça après avoir affreusement démonté tout le bazar dans un long article bien documenté.





Pas la peine d'en rajouter. Le shitgaze, c'est du bruit couvrant parfois de super chansons, c'est du rock lofi bien crado mais qui remue comme il faut, la plupart du temps.

Ecoutez Martin Luther King Day, par Times New Viking, dans le lecteur sur votre gauche.
Regardez le clip de When I'm with you, par Best Coast.




III - Une grand verre d'eau fraiche pour tout sédatif, le secret de naissance de la chillwave :

La chillwave est née lorsque tout un tas de types trop geeks pour être des hippies ont réécouté entre 2008 et 2009 la chanson Dawn Chorus de Boards of Canada et ont pigé qu'il y avait un coup à jouer.

Joe
Bref rappel : le terme chillwave date d'un instant T en 2009 lorsque l'un ou l'autre des blogs musicaux américains les plus influents (probablement GorillaVs.Bear) l'a inventé (à ce propos, je vous conseille vivement la lecture - en anglais - de cet article paru sur Hipster Runoff et documentant un peu la naissance du genre, où l'on apprend les autres sobriquets possibles et notamment glofi, qui est le plus tenace concurrent à chillwave) pour désigner le courant musical mené par des groupes tels que Memory Cassette, Neon Indian ou encore le fameux Washed Out, dont la caractéristique principale est de jouer une pop mollassonne mais pas ennuyeuse, utilisant synthés et ordinateurs pour produire une tapisserie sonore propice à la rêverie (d'où le terme chillwave signifiant littéralement "vague de fraîcheur") et lorgnant vers l'électro.

Plus ou moins né cette année, ce courant regroupe encore peu de groupes (ou "artistes" puisque beaucoup sont des one-(wo)man-bands), parmi lesquels on peut trouver des divergences. Neon Indian n'est pas forcément aussi posé que Washed Out, lequel est largement moins disco que Nite Jewel, qui à son tour explore bien moins le hip hop et l'électro que Toro y Moi, qui lui est bien moins proche du format chanson que Memory Tapes, et ainsi de suite.






Cependant tous ceux-là ont en commun d'avoir créé un mouvement un brin plus original que les autres, et d'avoir proposé une musique posée et psychédélique valable autant pour les geeks indés que pour les hippies fanatiques d'électro, et c'est franchement pas mal.

Ecoutez New Theory, par Washed Out, dans le lecteur sur votre gauche.

Et maintenant, j'attends que vous me donniez votre avis. En avez-vous votre claque de tous ces machin-gazes ? L'un ou plusieurs de ces trois courants musicaux sont pour vous à classer parmi les grands moments de 2009 ? J'attends vos votes au sondage sur votre gauche et vos commentaires enflammés pour descendre en flamme tel ou tel genre, ou pour nous dire quel groupe là-dedans vous a plu AU POINT D'ACHETER LE DISQUE. A vos crayons !


Joe


P.S. : Si vous lisez l'anglais et que vous avez envie de lire un complément amusant à cet article, concernant le lofi en tant que genre, je vous conseille l'article de l'ami Fantano, sur theneedledrop.

12 commentaires:

  1. y'a pas une erreur à "memory cassette" ?

    RépondreSupprimer
  2. En fait non. Je vous parlerai du bonhomme derrière memory cassette/tapes un de ces quatre.

    RépondreSupprimer
  3. vous aimez Memory Tapes? (on peut aussi dire "Memory Cassette" alors?!)

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup l'album sorti par Memory Tapes en 2009, oui, même si lors de ma première écoute, je l'ai trouvé désespérant :D
    Et pour la petite histoire, Dayve Hawk, le type derrière Memory Tapes, avait auparavant sorti des cassettes sous des pseudos différents : Memory Cassette et Weird Tapes. On suppose que Memory Tapes sera son pseudonyme définitif.

    RépondreSupprimer
  5. Bel article! J'ai tendance à reprocher au chillwave ce qui à été reproché à l'époque au shoegaze, je trouve ça fade et plat.

    Le retour du shoegaze en 2009 permet de se rappeler que celui çi sait se décliner à plusieurs sauces, comme tout les autres genre musicaux finalement.
    Car ride en 1990 c'est déja pas le même son que le Psychocandy de JAMC. A la fin des 90's, les frères reid mélangent leur mur du son avec de la pop et nous sorte Munki (Un putain d'album d'ailleurs!).

    RépondreSupprimer
  6. C'est certes vrai concernant le shoegaze. La différence majeure entre le mouvement original et ce revival, c'est que les leaders originaux allaient tout de même plus loin dans le concept (My Bloody Valentine faisaient et font encore - sic - beaucoup plus de boucan que n'en feront jamais les Pains ou les Horrors).

    Concernant la chillwave, je pense qu'il faut apprécier un minimum l'idm du style de Boards of Canada, Bibio et Warp en général, pour s'y retrouver. J'ai déjà parlé de Neon Indian, mais je compte écrire des articles sur Memory Tapes, Washed Out et Toro Y Moi ce mois-ci afin d'éclairer tout ça.

    RépondreSupprimer
  7. Moi je suis shitgaze. "I like lo-fi and i cannot lie, you other brothers can't deny" comme disait l'autre. le shoegaze, j'ai rien contre, mais quand c'est pas fait par des handicapés comme The Pains Of Having No Talent At All ou Les Horreurs. Et le Chillgaze, ça m'ennuie un peu, même si c'est rigolo.

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Je pense que je suis shoegaze. Je kiffe Slowdive, Jesus & Mary Chain et pas mal d'autres trucs liés + ou - liés à ça.
    Mais j'ai même pas jeté une oreille sur The Horrors et j'ai trouvé naze l'album de Pains of Being at Heart. Le shoegaze ? ouais, mais pas en 2009, donc, pour ma part. En 2009, j'ai préféré le chillwave s'il fallait choisir (même si je suis pas fan non plus). Et le shitgaze, je trouve ça souvent pourrave. Wavves, par exemple, c'était un des pires trucs de l'année. Et Times New Viking, je crois que c'est le truc le plus décevant que j'ai écouté via C'Est Entendu (votre FLOP 2009 donc :P).
    Ceci dit, j'aime bien Best Coast.
    Sur ce, je préfère nettement mater mes godasses de la fin 80's début 90's.

    RépondreSupprimer
  10. Juste en passant, qualifier The Horrors ou Pains of Being at heart de "revival" shoegaze relève de l'hérésie^^ Il existe bien un shoegaze dit de seconde génération mais il faut alors se pencher sur d'autres groupes tel que Skywave, Ceremony, A Place To Bury Strangers, The Vanity Press, Stellarium, The Daysleepers, Malory, Alcian Blue, Safeashome, Tears Run Rings, Highspire, Ringo Deathstarr...etc, eux au moins ont le mérite d'être les dignes héritiers de J&MC, Ride, MBV ou encore Slowdive.

    RépondreSupprimer
  11. Voila un commentaire plein de bon sens Mike,
    Le "Revival Shoegaze" ne se limite pas à ses 2 groupes qui n'ont finalement pas fait tant de bruit que ca (Haha...)
    On peut citer aussi The December Sound, The Vera Violets Crocodiles, tamaryn et surtout Deerhunter (même si a force d'album ils s'éloigne de l'esthétique Shoegaze)
    Bref, Forgez votre idée en écoutant ces groupes !

    RépondreSupprimer